Rénovation énergétique: Le gouvernement envisage un «bonus malus» pour les logements mal isolés

ISOLATION Le cabinet de Nicolas Hulot explique vouloir privilégier une «logique d'incitation»... 

D. D. avec AFP

— 

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, s'attaque aux « logements passoires ». (image d'illustration
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, s'attaque aux « logements passoires ». (image d'illustration — L.Marin / AFP

Inciter plutôt que sévir. C’est la méthode choisie par le gouvernement pour résorber les « passoires thermiques », les logements mal isolés et très énergivores, a affirmé à l’AFP ce mercredi le ministère de la Transition écologique.

Le Parisien cite dans son édition du jour un « document de travail » du ministère où la création d’un « bonus-malus portant sur la fiscalité des bailleurs, sur le modèle de ce qui existe déjà dans l’automobile » est envisagé.

>> A lire aussi : Transition écologique, innovation... Le gouvernement dévoile son plan d'investissement de 57 milliards d'euros

« Fixer un horizon de long terme »

« Il s’agirait de taxer plus lourdement le propriétaire d’un logement dont les performances énergétiques sont jugées insuffisantes, du fait d’une mauvaise isolation, ou d’un système de chauffage obsolète ou polluant », affirme le quotidien.

« Rien n’est arrêté », a indiqué le cabinet de Nicolas Hulot, interrogé par l’AFP. Le ministre souhaite ainsi « fixer un horizon de long terme pour tous les propriétaires bailleurs, pour qu’ils fassent des travaux dans les logements qu’ils louent ». « L’idée, c’est d’accompagner les propriétaires qui souhaitent faire des travaux par des dispositifs d’accompagnement, mais aussi de dire clairement que les propriétaires ont la responsabilité de faire des travaux », a-t-on précisé.