Fukushima: L'eau contaminée de la centrale nucléaire pourrait être déversée dans le Pacifique

ENVIRONNEMENT La compagnie Tepco veut se débarrasser des eaux contaminées accumulées dans la centrale de Fukushima. La population locale et les pêcheurs sont inquiets…

20 Minutes avec agence

— 

Des employés de l'entreprise japonaise TEPCO sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima Daiishi le 10 mars 2014
Des employés de l'entreprise japonaise TEPCO sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima Daiishi le 10 mars 2014 — Toru Hanai Pool

777.000 m3 d’eau contaminée, en provenance de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, pourraient bientôt être déversés dans l’océan pacifique, révèle le site actu-environnement.com.

Lors de la catastrophe qui a touché la centrale le 11 mars 2011, les sous-sols du site avaient été inondés. Depuis, les autorités utilisent également de grandes quantités d’eau pour refroidir les réacteurs dégradés.

L’exploitant attend le feu vert du gouvernement

Stockée dans la centrale de Fukushima, ces eaux contaminées ont fini par s’accumuler et la compagnie Tepco cherche à s’en débarrasser. En effet, selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’ensemble des capacités d’entreposage de la centrale atteignait environ 1 million de mètres cubes en mars 2016.

>> A lire aussi : Fukushima: Le coût de la catastrophe devrait dépasser 170 milliards d’euros

On s’approche inexorablement de la saturation. L’exploitant de la compagnie attend donc le feu vert du gouvernement japonais.

Traumatisés par l’incident nucléaire de 2011

La population locale et les pêcheurs sont inquiets. En effet, l’eau qui pourrait être déversée dans l’océan présente une radioactivité résiduelle dont aucun traitement ne peut venir totalement à bout.

« Un traitement supprime 62 molécules radioactives, mais pas le tritium, un isotope radioactif qui ne peut pas disparaître par traitement industriel », explique France TV Info.

Les autorités se veulent rassurantes

Les autorités affirment que le tritium est déjà présent dans l’environnement, et qu’il se trouve en « très petites quantités » dans les eaux de Fukushima. Mais cet argument ne rassure pas les habitants des environs, encore traumatisés par l’incident nucléaire de 2011.

Depuis que la centrale nucléaire a été touchée par un tremblement de terre et un tsunami le 11 mars 2011, « trois des six réacteurs sont continuellement arrosés d’eau pour les refroidir », rappelle France TV Info.