Climat: «Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir», lance Fabius

© 2015 AFP

— 

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lors du forum MedCop21 sur le climat, le 5 juin 2015 à Marseille
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lors du forum MedCop21 sur le climat, le 5 juin 2015 à Marseille — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT AFP

«Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir» dans la lutte contre le réchauffement climatique, a lancé vendredi à Marseille le ministre des Affaires étrangères en clôture d'un forum sur le climat, à six mois de la conférence COP21 de Paris.

«Il y a aujourd'hui de puissantes raisons d'être inquiets et des raisons d'être optimistes», a déclaré le ministre, qui présidera en décembre le sommet parisien, rappelant notamment le «grand scepticisme» qui entourait la question du réchauffement climatique il y a encore quelques années.

«Ce débat n'existe plus, sauf peut-être dans tel ou tel pays (...): évidemment, ça, ça change complètement les choses», a-t-il poursuivi. Mais «la situation s'est détériorée, elle est beaucoup plus grave», a encore ajouté le chef de la diplomatie française.

«Nous sommes la première génération à en avoir pleinement conscience, mais la dernière génération qui puisse agir», a-t-il encore martelé au cours de son discours de clôture du forum MedCop21, organisé jeudi et vendredi à Marseille par la région Paca.

Saluant les travaux réalisés au cours de ce forum centré sur la question du climat en Méditerranée et accueillant essentiellement des représentants de la société civile, le ministre a également mis en avant «la responsabilité très grande» des pays riches dans la préparation du sommet de Paris.

«Il est évident qu'un des déterminants du succès de la COP est de savoir s'il y aura un engagement suffisant des pays riches», a-t-il déclaré, les appelant à «donner un sentiment de confiance à tous les pays du monde pour avancer».

«C'est une grande bataille, et on ne sait pas quelle en sera l'issue», a-t-il encore poursuivi: «Objectivement, on sait que c'est dans cette direction qu'il faut aller».

En conclusion de leur forum, les participants à la MedCop21, dont la prochaine édition pourrait avoir lieu dans un an au Maroc, ont adopté une déclaration appelant notamment à «considérer la Méditerranée de manière particulière» dans les négociations internationales sur le climat.

Ils ont également élaboré de nouvelles propositions intégrées à un «agenda des solutions», qui suggère notamment d'organiser une MedCop chaque année ou de créer un groupe d'experts sur les changements climatiques en Méditerranée.

Un catalogue regroupant 133 «bonnes pratiques» en fait également partie.