Polémique autour de très touristique temple aux tigres de Thaïlande

© 2015 AFP

— 

Un tigre de Thaïlande qui appartient aux moines d'un temple très touristique dans la province de Kanchanaburi, à l'ouest du pays, le 24 avril 2015
Un tigre de Thaïlande qui appartient aux moines d'un temple très touristique dans la province de Kanchanaburi, à l'ouest du pays, le 24 avril 2015 — NICOLAS ASFOURI AFP

Les responsables de la faune en Thaïlande ont procédé vendredi à un décompte des dizaines de tigres conservés par des moines dans un temple très touristique, au cœur depuis quelques semaines d'un différend sur le bien-être des animaux.

Le Wat Pha Luang Ta Bua dans la province de Kanchanaburi, dans l'ouest du pays, communément appelé le temple aux tigres - a beaucoup de succès auprès des touristes qui y affluent pour se faire photographier en train d'enlacer les énormes félins.

Mais les autorités, qui affirment que le temple ne possède pas les documents nécessaires, ont déclaré qu'elles souhaitaient saisir les tigres, déclenchant la colère des moines.

Finalement, vendredi, les fonctionnaires se sont contentés de faire le décompte des animaux, dont la plupart sont équipés d'une puce électronique.

«Nous sommes venus pour vérifier si le nombre de tigres correspond aux données que nous avons», a déclaré à l'AFP Somsak Poopet du département chargé de la faune, ajoutant que les estimations que possèdent les autorités évaluent à 147 le nombre de tigres dans le temple.

Contrairement aux précédentes visites, les moines ne se sont pas opposés à l'entrée des autorités dans le temple, a constaté un photographe de l'AFP.

Les tigres ont été conduits par groupe de quatre et attachés à un arbre pour permettre aux agents de numériser leurs puces.

La polémique enfle depuis plusieurs semaines concernant le nombre de tigres après les allégations d'un vétérinaire du temple qui affirme que trois tigres ont récemment disparu du sanctuaire, laissant entendre qu'ils pourraient avoir été vendus.

En février, des responsables de la faune du pays avaient découvert après une descente dans le temple des dizaines de calaos, de chacals et d'ours d'Asie sans les bonnes autorisations.

«Je pense que beaucoup de gens ici sont très motivés, je pense qu'ils aiment vraiment les animaux, mais ils ne s'y prennent pas comme il faut», a estimé auprès de l'AFP Edwin Wiek, fondateur de la Fondation des amis de la faune en Thaïlande, qui a fait campagne pour que les tigres soient retirés du temple.

Les autorités du temple n'étaient pas disponibles vendredi pour commenter mais les moines ont à plusieurs reprises ces dernières semaines rejeté les accusations de mauvais traitement ou de trafic d'animaux.