Sivens: le nouveau projet, une version «light»

© 2015 AFP

— 

Les gendrames prennent position autour du site de Sivens occupé par les zadistes opposés au projet de retenue d'eau le 5 mars 2015
Les gendrames prennent position autour du site de Sivens occupé par les zadistes opposés au projet de retenue d'eau le 5 mars 2015 — Pascal Pavani AFP

Le Conseil général du Tarn a accepté vendredi de revoir à la baisse le projet contesté de retenue d'eau à Sivens (Tarn), sur la base d'une proposition d'experts mandatés par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal et surnommée le «Sivens light».

Après la mort de Rémi Fraisse le 26 octobre, tué par une grenade des gendarmes lors d'affrontements sur le site, Mme Royal avait estimé mi-janvier que le projet initial de barrage n'était «plus d'actualité».

Elle avait alors présenté deux solutions de remplacement, parmi une série proposée par des experts, dont la première consistait à réduire de moitié la capacité du projet initial, de 1,5 million de m3 à 750.000 m3. Les experts mandatés par Mme Royal avaient en effet estimé surdimensionnée l'évaluation des besoins en eau d'irrigation.

Selon ce scénario, la retenue d'eau serait de plus déplacée de 330 m en amont, tout en restant à Sivens, et un bras de contournement serait établi, ce qui permettrait d'épargner «plus de la moitié de la zone humide impactée par le projet initial», selon les experts. Cette zone humide, aujourd'hui détruite mais qui peut être réhabilitée, abritait près de cent espèces protégées.

Le coût de ce projet est de 4,64 millions d'euros, plus les 1,8 million déjà dépensés, soit un total de 6,44 M EUR.

Ce «Sivens light», ne plaît ni aux probarrage, qui fixent à un million de m3 environ, et non 750.000, les besoins d'eau minimums; ni aux antibarrage, qui estiment superflu la construction d'une nouvelle retenue. Selon eux, les besoins en eau peuvent être satisfaits en puisant dans les retenues collinaires déjà existantes.

Vendredi, les conseillers généraux du Tarn ont accepté à une très large majorité (43 voix contre 46) de «redimensionner le projet initial», mais sans donner d'indication sur la réduction de volume de la retenue.

«Nous verrons où ce redimensionnement se positionnera», a précisé à la presse le président du Conseil général, le socialiste Thierry Carcenac. «Des compléments d'études permettront de le déterminer», a-t-il déclaré.

Cependant, M. Carcenac a expliqué que le nouveau projet se basera sur le scénario de Sivens light soumis par Mme Royal, mais avec «une marge de manoeuvre de plus ou moins 10%». Un relèvement de la contenance de la retenue pourrait satisfaire des agriculteurs mécontents.

La localisation précise du nouveau projet n'est elle non plus pas fixée mais il restera à Sivens, a simplement dit M. Carcenac.