Fukushima : Retour dix ans après la catastrophe dans les zones d'exclusion désertées par les habitants

DIAPORAMA Un voyage dans le « no man’s land » des villes de Namie, Okuma et Futaba

O.J. avec AFP

— 

Une grande clôture bloque l'accès à la zone d'exclusion dans l'espace réglementé de Fukushima, le 4 mars 2021, à Okuma, au Japon. Lancer le diaporama
Une grande clôture bloque l'accès à la zone d'exclusion dans l'espace réglementé de Fukushima, le 4 mars 2021, à Okuma, au Japon. — NICOLAS DATICHE/SIPA

Il y a tout juste dix ans, le 11 mars, un terrible séisme sous-marin de magnitude 9,0, l'un des plus puissants jamais enregistrés, a entraîné un tsunami dévastateur sur les côtes nord-est du Japon, provoquant aussi le plus grave accident nucléaire depuis le drame de Tchernobyl en 1986. Plus de 18.000 personnes sont mortes ou ont été portées disparues, noyées par la vague géante, et des dizaines de milliers d'habitants ont dû fuir les régions rendues inhabitables par les radiations. Dix après la catastrophe de Fukushima, le photographe Nicolas Datiche a pu pénétrer dans les zones d’exclusion désertées par les habitants. Un voyage dans le « no man’s land » des villes de Namie, Okuma et Futaba.


Réalisation : Olivier JUSZCZAK


Voir le diaporama
Retourner en haut de la page