20 Minutes : Actualités et infos en direct
Vroum vroumGreenpeace alerte sur le coût climatique des SUV

Climat : Greenpeace alerte sur le coût climatique des SUV, pas compensé par les véhicules électriques

Vroum vroumLes SUV de trois marques ont généré près de 300 tonnes de CO2 en 2022, contre seulement 9 tonnes évitées par l’utilisation de voitures électriques
Le nombre de SUV en circulation a explosé dans le monde ces dix dernières années (illustration)
Le nombre de SUV en circulation a explosé dans le monde ces dix dernières années (illustration) - Canva / Canva
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Prendre la route sans pollution, ce n’est pas pour demain. Alors que le domaine des transports est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, l’espoir repose depuis plusieurs années sur les voitures électriques, qui ne polluent pas en roulant. Sauf que l’essor des SUV thermiques vendus par Hyundai-Kia, Volkswagen et Toyota annulent complètement les gains permis par les véhicules de ces mêmes marques, selon un rapport de Greenpeace publié la veille de l’ouverture de la COP28.

« Les plus grands constructeurs automobiles mondiaux se lancent à corps perdu dans la fabrication de SUV, poussant encore davantage la planète vers la catastrophe climatique », s’alarme Erin Choi de Greenpeace Asie, citée dans un communiqué de l’ONG. L’ensemble de ces SUV ont émis en 2021 plus de 900 millions de tonnes de CO2 sur la route : si cette flotte automobile formait un pays, elle se serait classée cette année-là au sixième rang des pays les plus pollueurs au monde. Le nombre de ces SUV, aussi imposants que polluants, en circulation dans le monde est passé de moins de 50 millions d’exemplaires en 2010 à 330 millions en 2022, « soit 1,3 fois le nombre total de véhicules immatriculés dans l’Union européenne », selon le rapport.

Les SUV électriques, fausse solution

Les émissions de CO2 provenant de l’usage des SUV du sud-coréen Hyundai-Kia, de l’allemand Volkswagen et du japonais Toyota (hors émissions liées à la fabrication de ces véhicules) ont totalisé 298 millions de tonnes en 2022, selon les calculs de Greenpeace. Dans le même temps, les émissions de CO2 évitées par l’utilisation de véhicules électriques de ces mêmes constructeurs l’an dernier ont totalisé seulement 9 millions de tonnes, toujours selon ce rapport.

Cette étude ne s’est pas basée sur les émissions de CO2 générées sur l’ensemble du cycle de vie d’un véhicule, qui comprend aussi sa phase de production notamment. Mais les émissions sur route sont responsables « de 70 à 80 % » du total et dans la plupart des cas un véhicule électrique génère aussi moins d’émissions qu’un véhicule thermique sur l’ensemble du cycle de vie, a fait valoir Greenpeace auprès de l’AFP.

« Il est temps pour l’industrie automobile d’arrêter le greenwashing », a encore déclaré Erin Choi. « Hyundai, Volkswagen et les autres constructeurs doivent réduire la taille de leurs flottes de SUV en même temps qu’ils électrifient » leurs ventes. Et le consensus n’est pas permis pour atteindre les objectifs climatiques de la COP28. Ainsi, Greenpeace met en garde sur la tendance grandissante des SUV électriques, car ces modèles ont une empreinte carbone plus élevée que les autres voitures électriques, notamment parce que leur fabrication nécessite plus d’acier.

Sujets liés