20 Minutes : Actualités et infos en direct
NEGOCIATIONSA l’approche de la COP28, Paris veut obtenir une date de sortie du pétrole

COP28 : A l’approche de la conférence sur le climat, Paris veut obtenir une date de sortie du pétrole

NEGOCIATIONSLa prochaine conférence sur le climat de l’ONU aura lieu à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre
Une personne remplissant le réservoir de sa voiture avec de l'essence, à Nice le 20 octobre 2021.
Une personne remplissant le réservoir de sa voiture avec de l'essence, à Nice le 20 octobre 2021. - SYSPEO / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Alors qu’approche la COP28, Paris veut convaincre le monde de s’engager sur un calendrier. La France affirme donc travailler à trouver une date de sortie de l’ère du pétrole dans le cadre des négociations en vue de la prochaine conférence sur le climat de l’ONU prévue à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre.

« Nous souhaitons avoir des engagements du secteur gaz et pétrole en matière de baisses des émissions de gaz à effet de serre avec des prises de position sur lesquelles nous allons pousser, probablement un objectif de sortie du pétrole, avec une échéance », a déclaré lundi la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher lors d’une rencontre organisée par l’association des journalistes de l’énergie.

Macron veut « un agenda très clair »

La ministre n’a pas donné plus de précision sur l’échéance, mais elle s’appuyait sur des propos tenus quelques jours plus tôt par Emmanuel Macron. « La France portera un agenda très clair avec des échéances de sortie du pétrole et du charbon, parce que c’est là-dessus qu’il faut concentrer l’effort », avait en effet déclaré le chef de l’Etat dans son discours aux ambassadeurs et ambassadrices le 28 août.

« Le président de la République veut lancer une initiative forte sur la sortie du pétrole, comme il l’a annoncé devant les ambassadeurs. L’objectif, c’est d’embarquer aussi loin que possible nos voisins européens et l’ensemble des pays ambitieux en matière climatique en vue de la COP28 », a précisé lundi le cabinet d’Agnès Pannier-Runacher.

Les prochains mois vont être marqués par des négociations climatiques internationales cruciales qui culmineront avec une bataille sur la fin des énergies fossiles à la COP28 à Dubaï. Le rythme de baisse de leur usage et l’éventualité même d’une sortie définitive sont l’objet de vives oppositions entre les pays.

L’Union européenne, qui négocie au nom des Etats membres dont la France, souhaite l’élimination bien avant 2050 des combustibles fossiles « unabated », c’est-à-dire non adossés à des dispositifs de captage ou de stockage de carbone.

La demande de pétrole « est toujours là »

Côté production, le secteur pétrolier « nous renvoie à la figure » qu’il est « obligé de continuer à opérer des puits de pétrole puisque la demande est toujours là », a résumé la ministre, avant d’ajouter : « Il faut qu’on puisse montrer, nous, côté demande, qu’on a une trajectoire de sortie du pétrole ».

« Si vous voulez baisser les émissions de gaz à effet de serre, il faut accepter de parler avec les pays les plus émetteurs (de gaz à effet de serre), et d’accepter de parler avec les pays les plus producteurs d’énergies fossiles, parce que c’est la seule manière de faire approuver avec plus ou moins d’enthousiasme, des engagements d’émissions de gaz à effet de serre sur leur secteur », a indiqué Agnès Pannier-Runacher.

Sujets liés