20 Minutes : Actualités et infos en direct
ÉCHAPPÉE bêêhlleDans les Pyrénées, des chèvres errantes sauvées des balles par la justice

Haute-Garonne : Les chasseurs devaient les abattre, un troupeau de chèvres errantes sauvé par le tribunal

ÉCHAPPÉE bêêhlleEstimant que ces bêtes abandonnées causaient des dégâts, le maire de Melles (Haute-Garonne) avait autorisé les chasseurs à tuer plusieurs dizaines de chèvres et boucs. Son arrêté vient d’être retoqué par le tribunal administratif
Le troupeau errant des hauteurs de Melles (Haute-Garonne) est estimé à une centaine de chèvres et boucs. Illustration.
Le troupeau errant des hauteurs de Melles (Haute-Garonne) est estimé à une centaine de chèvres et boucs. Illustration. - Erge / PixaBay
Hélène Ménal

H.M.

Elles vont pouvoir continuer à faire des bonds sur les hauteurs de Melles, petit village pyrénéen de la Haute-Garonne, sans craindre les balles de chasseurs. L’association One Voice annonce qu’elle a obtenu le 1er décembre du tribunal administratif de Toulouse la suspension de l’arrêté municipal qui condamnait ce troupeau de caprins divagants. Le conseil municipal avait pris cette décision radicale en raison des dégâts causés par les bêtes errantes, estimées à une centaine. Il mentionnait notamment des « dégradations sur des murs en pierre » et des rayures sur les carrosseries des voitures des villageois. Il avait confié la mission d’abattage des chèvres non baguées à l’association de chasse locale.

Mais le tribunal n’a pas été convaincu par ses arguments. Si un maire a le pouvoir de prendre des mesures pour remédier à la présence d’animaux « féroces et malfaisants » sur son territoire, il semble que les chèvres ne font pas juridiquement partie du lot.

Sujets liés