20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENVIRONNEMENTSea Shepherd dénonce « le barrage de la honte » à Leucate

Pyrénées-Orientales : Sea Shepherd dénonce « le barrage de la honte »

ENVIRONNEMENTPour l’ONG, le barrage flottant, installé chaque année sur l’étang de Salses Leucate pour favoriser la pêche, est illégal et a des conséquences catastrophiques sur l’écosystème
Les grilles sont positionnées à la sortie de l'étang de Salses Leucate, afin d'empêcher les poissons de migrer en Méditerranée.
Les grilles sont positionnées à la sortie de l'étang de Salses Leucate, afin d'empêcher les poissons de migrer en Méditerranée.  - Sea Shepherd / Sea Shepperd
Jérôme Diesnis

Jérôme Diesnis

À l’appel de Sea Shepherd, une vingtaine de personnes ont dénoncé la mise en place d’un barrage flottant au Barcarès et Leucate, sur l’étang de Salses Leucate. « Chaque hiver, les préfectures de l’Aude et des Pyrénées-Orientales autorisent (leur) réinstallation, empêchant la migration de milliers de poissons vers la mer, évoque l’ONG. Ces grilles impactent un écosystème fragile et protégé. De nombreuses espèces cherchent à quitter l’étang pour se reproduire, et se retrouvent piégées. » Ces barrages permettent aux pêcheurs de vendre leurs poissons durant la fin d’année.

L’ONG dénonce l’illégalité du processus et les pratiques délictuelles, alors que l’étang est classé Natura 2000. « L’existence même des deux barrages a donné naissance à un marché noir très lucratif, estime Sea Shepherd. De nombreux individus se regroupent pour pêcher comme dans un aquarium les poissons piégés, avec des techniques de illégales. Un spectacle scandaleux et irréel qui laisse songeur tant il est pratiqué au vu et au su de tous ».

« La pratique sera interdite à partir de 2024 »

Selon l’ONG, une audience devant le tribunal administratif a été annulée. Contactée par Actu.fr, la préfecture des Pyrénées-Orientales précise que la pratique est en sursis. « L’interruption de la circulation des poissons sur toute la largeur étant interdite au titre de la réglementation européenne en vigueur, l’État a engagé une concertation avec les acteurs concernés afin d’y mettre fin […] Elle a été actée pour 2024 ».

Sujets liés