Fonte record de la banquise de l'Arctique

CLIMAT L'étendue de mer gelée n'a jamais été aussi faible depuis que les mesures de la Nasa ont commencé, en 1979...

Audrey Chauvet

— 

L'Arctique photographié par un satellite de la Nasa.
L'Arctique photographié par un satellite de la Nasa. — SeaWiFS Project/NASA/GSFC/ORBIMAGE/N.A.S.A./SIPA

L’été a été chaud en Arctique. Selon les mesures de la National snow and ice data center (NSDIC) américaine, ainsi que d’agences météorologiques japonaises, norvégiennes et danoises, la banquise a perdu une surface record cette année: ce dimanche, l’étendue de mer glacée ne représentait plus que 4,1 millions de km², soit 70.000km² de moins que le précédent record en 2007.

La glace devenue trop fragile

«Dans le contexte de ce qui s’est passé les dernières années, cela indique que la couverture de glace de l’Arctique change fondamentalement», indique Walt Meier, scientifique à la NSDIC. Alors qu’en 2007, la météo estivale avait été très favorable à la fonte des glaces, cette année c’est plutôt la finesse de la glace qui a provoqué sa fonte: «A part une grosse tempête au début août, la météo de cette année n’est pas extraordinaire, commente Mark Serreze, directeur de la NSDIC. La glace est si fine et fragile, la force du vent n’est plus un critère.» Les chaleurs des étés précédents ont donc durablement marqué la banquise, devenue plus sensible aux variations climatiques.

Selon Walt Meier, la banquise pourrait à l’avenir ne plus être qu’un phénomène saisonnier et la fonte pourrait devenir habituelle tous les étés. Pour cette année, le record déjà enregistré ce week-end pourrait encore être aggravé, la saison de la fonte pouvant encore se prolonger durant les deux ou trois prochaines semaines.