Arctique: Des militants de Greenpeace occupent un site de Gazprom

Avec Reuters

— 

Six militants de Greenpeace ont escaladé en Arctique une plate-forme pétrolière de Gazprom vendredi matin pour protester contre les projets de forage du géant énergétique russe dans la région, a annoncé l'organisation écologiste.

Les militants, parmi lesquels Kumi Naidoo, directeur international de Greenpeace, ont rejoint la plate-forme du champ pétrolifère de Prirazlomnoye à l'aide de canots gonflables aux environs de 4h heure locale (2h à Paris). L'exploitation du champ de Prirazlomnoye, le premier projet pétrolier russe en Arctique, a été retardée par des difficultés de construction et des dépassements budgétaires. La production doit débuter à la fin de l'année dans ce gisement renfermant des réserves évaluées à 526 millions de barils de brut.

«Interdire tout forage pour éviter une marée noire»

«La seule manière d'éviter une marée noire catastrophique dans cet environnement unique, c'est d'interdire définitivement tout forage dès maintenant», a déclaré Kumi Naidoo. Gazprom a précisé que le travail continuait normalement sur le site et que les militants avaient refusé de descendre pour se livrer à un «dialogue constructif».

Selon l'institut géologique américain, l'Arctique recèle 13% du pétrole et 30% du gaz naturel qui n'ont pas encore été découverts. Gazprom travaille également avec le Français Total et le Norvégien Statoil à l'exploitation du gisement de gaz de Chtokman, en mer de Barents. Situé à un demi-millier de kilomètres des côtes russes, il est évalué à 4.000 milliards de mètres cubes.