Le convoi de déchets nucléaires italiens est entré en France, direction La Hague

© 2012 AFP

— 

Un convoi ferroviaire de déchets nucléaires italiens, qui a quitté Vercelli dans le Piémont italien dans la nuit de lundi à mardi, est passé dans la matinée côté français pour être acheminé jusqu'à La Hague (Manche), a-t-on appris auprès de la gendarmerie.
Un convoi ferroviaire de déchets nucléaires italiens, qui a quitté Vercelli dans le Piémont italien dans la nuit de lundi à mardi, est passé dans la matinée côté français pour être acheminé jusqu'à La Hague (Manche), a-t-on appris auprès de la gendarmerie. — Mychele Daniau afp.com

Un convoi ferroviaire de déchets nucléaires italiens, qui a quitté Vercelli dans le Piémont italien dans la nuit de lundi à mardi, est passé dans la matinée côté français pour être acheminé jusqu'à La Hague (Manche), a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Le convoi a marqué un arrêt réglementaire en gare de Modane, en Savoie, tôt mardi matin, a indiqué la même source. Selon le Réseau Sortir du Nucléaire, le convoi est ensuite passé en gare de Chambéry, sans marquer d'arrêt, vers 9H50.

Selon Elodie Chabert, membre du Réseau Sortir du Nucléaire en Savoie, «des militants» du réseau «ont vu passer» le convoi. «On va décider si on maintient ou non un rassemblement symbolique» à Chambéry, comme initialement prévu à 13H22, heure à laquelle le convoi devait passer dans cette ville d'après les calculs du réseau, a-t-elle ajouté.

Les déchets hautement radioactifs doivent traverser 12 départements français pour rejoindre le terminal ferroviaire de Valognes (Manche), afin d'être retraités à l'usine Areva de La Hague (Manche).

Cette expédition se déroule dans le plus grand secret en raison de manifestations prévues par les militants antinucléaires sur son passage. Un rassemblement doit ainsi avoir lieu à Joigny (Yonne) mardi après-midi et en gare de Versailles-Chantiers mercredi matin.

Pendant la nuit de lundi à mardi, «policiers et militaires ont envahi la Val de Suse» et «les militants italiens n'ont pas pu faire d'action», a indiqué mardi matin dans un tweet le Réseau Sortir du nucléaire, qui tente de suivre le convoi.

D'après un autre message posté sur le réseau social Twitter, «le train de déchets est entouré de deux autres trains et composé de deux wagons», ont constaté des militants lors de son départ à minuit.

Cette expédition est la première depuis le convoi de début mai 2011, qui avait été le 18e transport de déchets italiens depuis 2007. Les précédents convois avaient donné lieu à d'importantes manifestations anti-nucléaires, avaient rappelé le Réseau Sortir du Nucléaire et le syndicat SUD Rail, lundi, dans un communiqué commun. Les deux organisations avaient appelé à nouveau à se mobiliser sur tout le trajet du convoi pour protester contre la poursuite de ces expéditions dangereuses, en déplorant l'absence d'information officielle des populations.