Forage dans l'Arctique: Des «ours polaires» de Greenpeace au siège de Shell France

© 2012 AFP

— 

Une vingtaine de militants de Greenpeace ont pénétré jeudi matin dans les locaux de Shell France à Colombes (Hauts-de-Seine) pour protester contre un projet de forage pétrolier en eau profonde dans l'Arctique du groupe anglo-néerlandais, selon une porte-parole de l'association.
Une vingtaine de militants de Greenpeace ont pénétré jeudi matin dans les locaux de Shell France à Colombes (Hauts-de-Seine) pour protester contre un projet de forage pétrolier en eau profonde dans l'Arctique du groupe anglo-néerlandais, selon une porte-parole de l'association. — Jean-Philippe Ksiazek afp.com

Une vingtaine de militants de Greenpeace ont pénétré ce jeudi matin dans les locaux de Shell France à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, pour protester contre un projet de forage pétrolier en eau profonde dans l'Arctique du groupe anglo-néerlandais, selon une porte-parole de l'association.

Au total 23 militants participent à cette action d'installation «d'un sanctuaire pour les ours polaires au siège de Shell France», a indiqué la porte-parole à l'AFP. Alors qu'une dizaine de militants occupent les locaux, d'autres en bloquent l'accès pour les employés et d'autres encore, déguisés en ours polaires, ont installé un «sanctuaire avec de la neige artificielle». Sur les banderoles, les manifestants réclamaient l'arrêt du projet en demandant de «Sauvez l'Arctique».

«"Bas les pattes!" C'est le message que les quelque 950.000 citoyens mobilisés sur cette campagne veulent transmettre (via une pétition) à Shell», a expliqué Anne Valette, chargée de campagne climat énergie à Greenpeace France. Elle a rappelé les risques de marée noire «plus destructrice que partout ailleurs». «Du fait des conditions climatiques, elle serait quasiment impossible à contenir et à nettoyer: pétrole pris sous la glace, éloignement des ports», a-t-elle souligné. Une opération similaire avait été montée vendredi dernier au siège du géant pétrolier à La Haye au cours de laquelle treize personnes avaient été interpellées.