La France bloque la protection des grands fonds marins

PECHE Un règlement européen visant à interdire en Europe le chalutage profond, une méthode de pêche parmi les plus destructrices selon les scientifiques, devait sortir ce vendredi 13 juillet...

Néoplanète

— 

L'Etat a interdit jeudi 18 août 2011 la pêche au corail rouge à faible profondeur le long de la côte Catalogne française
L'Etat a interdit jeudi 18 août 2011 la pêche au corail rouge à faible profondeur le long de la côte Catalogne française — AFP

Michel Barnier, Commissaire européen en charge du marché intérieur et des services, vient de le bloquer, alors même que cette proposition de règlement était soutenue par le Commissaire à la pêche, Maria Damanaki. Sur ce sujet, nous donnons la parole à Claire Nouvian, la fondatrice de l’association Bloom, qui oeuvre pour la conservation marine. 

«Michel Barnier protège une dizaine de navires industriels répartis dans trois armements (Scapêche d’Intermarché, Euronor et Dhellemmes) contre l’intérêt général. Pour quelqu’un qui défend haut et fort une moralisation du monde des affaires au point de vouloir faire emprisonner les banquiers corrompus, ça laisse songeur…»

« La majorité des captures profondes françaises sont pour la France une activité résiduelle dont l’impact écologique est disproportionné par rapport à son importance socio-économique.»

«Ces pêches sont une aberration écologique, économique et sociale qui impactent lourdement les écosystèmes marins ainsi que les finances publiques. Dire qu’on cherche à protéger les équilibres socio-économiques est un prétexte politiquement correct permettant de servir en réalité des intérêts privés.»

«J’espère que les autres Commissaires ne laisseront pas leur mission hautement respectable de défense du bien commun être polluée par la prise en compte d’intérêts nationaux marginaux.»

Plus d’informations sur www.bloomassociation.org

La réforme de la politique commune de la pêche (PCP)

Pour l’Union européenne (UE), l’objectif est clair, il s’agit de ramener «les stocks halieutiques à des niveaux durables». Pour cela, l’UE entend notamment soumettre les pêcheries à des plans de gestions plus stricts. Elle souhaite également améliorer le recueil de données scientifiques sur l’état des stocks de poissons. Enfin, elle mettra en oeuvre des mesures pour interdire les rejets, car selon elle, «cette pratique, qui consiste à rejeter à la mer le poisson indésirable, représente environ 23 % des captures totales (et bien plus encore dans certaines pêcheries!).»

Des mesures qui ne sont pas nécessairement partagées par les professionnels de la pêche français. Yoann Crochet, un jeune pêcheur de l’île d’Oléron(Charente-Maritime) que nous avons rencontré, se demande si l’objectif des dirigeants n’est pas d’«avoir des bateaux usine sur l’eau pour servir les grandes surfaces.» Les événements de ces derniers jours lui donneront-ils raison?

A lire: le document de synthèse de la Commission européenne sur la réforme de PCP 

2048: une mer déserte?