Inde: Les victimes de la catastrophe de Bhopal demandent le nettoyage du site

© 2012 AFP

— 

Des victimes de l'accident industriel de Bhopal, en Inde, ont demandé mardi au ministre de indien l'Intérieur que le site de l'usine de pesticides qui recèle encore des déchets toxiques depuis le drame de 1984 soit définitivement nettoyé.
Des victimes de l'accident industriel de Bhopal, en Inde, ont demandé mardi au ministre de indien l'Intérieur que le site de l'usine de pesticides qui recèle encore des déchets toxiques depuis le drame de 1984 soit définitivement nettoyé. — Raveendran afp.com

Des victimes de l'accident industriel de Bhopal, en Inde, ont demandé mardi au ministre de l'Intérieur que le site de l'usine de pesticides qui recèle encore des déchets toxiques depuis le drame de 1984 soit définitivement nettoyé.

Des centaines d'habitants de cette ville du centre du pays, dont des survivants de la catastrophe, ont défilé dans les rues lors d'une visite du ministre, P. Chidambaram, coïncidant avec la Journée mondiale de l'Environnement. «Près de 20.000 tonnes de déchets toxiques reposent à ciel ouvert à Bhopal, présentant un danger sanitaire pour la population», a dénoncé auprès de l'AFP l'un d'entre eux, Nawab Khan. «Personne ne s'interroge aujourd'hui sur la façon de se débarrasser des produits chimiques toxiques», a-t-il ajouté.

800.000 personnes affectées

Il y a 27 ans, dans la nuit du 3 décembre 1984, une fuite de gaz toxique à l'usine américaine de pesticides Union Carbide de Bophal (rachetée en 1999 par Dow Chemical) avait fait des milliers de victimes, devenant le plus grand accident industriel de l'histoire. Au moins 3.500 personnes sont mortes, essentiellement de suffocation, les premiers jours. Quelque 15.000 sont décédées depuis suite à des maladies liées à l'inhalation du gaz. Jusqu'à 800.000 ont été affectées d'une façon ou d'une autre, selon des chiffres officiels. Le mois dernier, l'organisme public allemand d'aide au développement GIZ a indiqué être en pourparlers avec le gouvernement indien pour retraiter 350 tonnes de déchets de l'usine chimique.