Chine: Pékin demande à l’ambassade américaine d'arrêter ses relevés de qualité de l'air

avec Reuters

— 

Les autorités chinoises ont demandé mardi à l'ambassade des Etats-Unis de cesser la diffusion de ses relevés de pollution de l'air dans les grandes villes chinoises, souvent plus pessimistes que les données officielles. Visant les «diplomates étrangers» sans citer nommément les Etats-Unis, le vice-ministre de l'Environnement, Wu Xiaoqing, a jugé cette pratique illégale et contraire aux conventions diplomatiques internationales. «Si les ambassades étrangères veulent recueillir ce genre d'informations pour leur propre personnel diplomatique, il n'y a pas de problème, mais elles ne peuvent diffuser ces informations au grand public», a déclaré pour sa part le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Liu Weimin.

L'ambassade des Etats-Unis à Pékin a installé une station sur son toit qui publie toutes les heures un indice sur la qualité de l'air, largement suivi sur son compte Twitter. Cet indice peut varier fortement par rapport à l'indice officiel.  La capitale chinoise est fréquemment plongée dans un nuage de pollution beige et âcre dû aux émissions industrielles, à la circulation automobile, à la poussière et aux aérosols.  La Chine a renforcé ses normes de surveillance de la qualité de l'air en janvier, en accord avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et «la situation actuelle de notre pays», selon les termes de Wu Xiaoqing. Le vice-ministre a toutefois reconnu que la situation du pays en la matière restait fragile.