Microsoft devient neutre en CO2

TECHNOLOGIE Le groupe compensera sa consommation d'énergie tirée du charbon par des crédits carbone...

A.C. avec AFP

— 

Le groupe informatique américain Microsoft s'est engagé mardi à avoir un bilan carbone neutre lors de son prochain exercice fiscal, qui débutera en juillet.
Le groupe informatique américain Microsoft s'est engagé mardi à avoir un bilan carbone neutre lors de son prochain exercice fiscal, qui débutera en juillet. — David Becker afp.com

Le groupe informatique américain Microsoft s'est engagé mardi à avoir un bilan carbone neutre lors de son prochain exercice fiscal, qui débutera en juillet. «Le but est de rendre nos différentes divisions responsables du coût que représente la compensation de leurs émissions carbones», a expliqué le directeur d'exploitation de Microsoft, Kevin Turner, dans un communiqué. Il a ajouté que Microsoft n'était pas la première entreprise à rechercher un bilan carbone neutre, mais il a espéré que d'autres fassent de même.

Cette initiative intervient un peu plus de deux semaines après que l'organisation écologiste Greenpeace eut appelé Microsoft, ainsi que le distributeur en ligne Amazon, à utiliser des énergies propres pour leurs services d'informatique externalisée. Microsoft, Amazon, Apple et Twitter sont mal notés dans un rapport de Greenpeace sur l'impact du secteur des nouvelles technologies sur l'environnement, à la différence de Facebook, Google et Yahoo!.

Le charbon n’est pas remplacé

Amazon et Microsoft sont particulièrement accusés de trop consommer d'énergie produite par le nucléaire et le charbon. «L'annonce d'aujourd'hui que Microsoft va avoir un bilan carbone neutre est une bonne première étape», a commenté mardi un analyste de Greenpeace, Gary Cook. «Toutefois le diable se cache dans les détails, et les détails montreront si Microsoft est leader pour nous emmener dans un cloud (ndlr: nuage, c'est à dire l'informatique dématérialisée) propre, ou s'il continue à s'en remettre au charbon». De fait, le plan de Microsoft est d'acheter des crédits carbones pour compenser la consommation d'énergie tirée du charbon plutôt que de basculer sur les énergies vertes, selon Gary Cook.