Environnement: Carton rouge pour Sarkozy, carton jaune pour Hollande

© 2012 AFP

— 

Agir pour l'environnement adresse "un carton rouge" à Nicolas Sarkozy pour son bilan "catastrophique" sur les questions écologiques, et "un carton jaune" à François Hollande "pour le manque d'ambition de ses propositions"
Agir pour l'environnement adresse "un carton rouge" à Nicolas Sarkozy pour son bilan "catastrophique" sur les questions écologiques, et "un carton jaune" à François Hollande "pour le manque d'ambition de ses propositions" — Patrick Kovarik afp.com

Agir pour l'environnement adresse «un double carton rouge» à Nicolas Sarkozy pour son bilan «catastrophique» et «la vacuité de son programme» sur les questions écologiques, et «un carton jaune» à François Hollande «pour le manque d'ambition de ses propositions». L'association avait lancé le 23 avril une «campagne d'interpellation» avec des cartes-pétition à envoyer aux deux candidats du second tour, les interrogeant sur le nucléaire, les rejets de CO2, les pesticides... Plus de 7.000 personnes ont envoyé des cartes aux candidats, selon Agir pour l'environnement, mais seul le candidat socialiste a répondu, «précisément et longuement».

Double carton rouge pour le président-candidat

Nicolas Sarkozy reçoit un double carton rouge pour ses «attaques répétées contre les corps intermédiaires, son soutien indéfectible à l'industrie nucléaire, ses clins d'œil appuyés à l'agriculture productiviste, sa volonté de poursuivre, sous couvert de recherche scientifique, les explorations des gaz de schiste, son entêtement à vouloir construire plus de 1.000 kilomètres d'autoroutes... Il s'est d'ailleurs mis hors-jeu à l'instant même où il a considéré que l'environnement, ça commence à bien faire».

«Extrême prudence» du candidat socialiste

Le candidat socialiste reçoit pour sa part un carton jaune pour «l'extrême prudence de son projet». L'association «ne peut se satisfaire d'un manque d'ambition à l'heure où les crises écologiques réclament a contrario cohérence et clarté». Agir pour l'environnement reproche notamment à François Hollande son soutien à l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, sa volonté de ne fermer que la centrale nucléaire de Fessenheim et de construire l'EPR, son flou quant aux projets autoroutiers... «Le candidat socialiste reste sur la réserve sur un grand nombre de sujets en tentant de ménager la chèvre radioactive et le chou renouvelable», estime l'association. A son actif, cependant: il est favorable à l'interdiction «claire et nette» de l'exploitation des gaz de schiste, il veut soutenir le développement des énergies renouvelables avec un fonds vert de capital investissement, souhaite proposer la rénovation thermique de 600.000 logements par an et la construction de 400 000 logements à basse consommation.

«Quelle que soit l'issue de cette élection présidentielle, force est de constater que la mobilisation citoyenne devra être au rendez-vous dès le 7 mai pour obtenir du président élu de véritables mesures de rupture», conclut l'association.