Etats-Unis: Deux tribus amérindiennes s'opposent sur le droit de tuer des rapaces pour les rituels

ANIMAUX Les Shoshone et les Arapaho s'affrontent à propos d'un rituel religieux impliquant de tuer deux rapaces...

Audrey Chauvet

— 

Un pygargue à tête blanche, rapace emblématique des Etats-Unis.
Un pygargue à tête blanche, rapace emblématique des Etats-Unis. — AP Photo/Telegraph Herald, Jessica Reilly

Ils veulent la peau de l’emblème national des Etats-Unis. Le pygargue à tête blanche, un rapace vivant dans les réserves naturelles américaines, est au cœur d’une dispute entre les Shoshone et les Arapaho. Ces deux tribus amérindiennes qui partagent une réserve du Wyoming s’affrontent pour savoir s’il est acceptable de tuer ces oiseaux pour les rituels religieux.

Affrontements en justice

En mars dernier, l’US Fish and Wildlife service a autorisé les Arapaho à capturer les pygargues en dehors de la réserve pour ne pas heurter les croyances des Shoshone. «Pour eux, l’aigle est le messager du créateur. Il y a une relation très spirituelle entre les aigles et le créateur, et leur faire du mal est inacceptable», a expliqué le représentant de la tribu Shoshone à Reuters. Mais pour les Arapaho, cette autorisation était un leurre: il est interdit par la loi du Wyoming de tuer les pygargues. «C’est juste un permis de se faire arrêter par les autorités fédérales au lieu de se faire arrêter par les autorités du Wyoming», commente Andrew Baldwin, avocat des Arapaho.

Les Arapaho en réfèrent donc maintenant aux autorités pour avoir le droit de capturer les oiseaux au sein de la réserve. Mais les Shoshone ont répliqué en envoyant à la cour de justice un courrier dans lequel ils expliquent leurs croyances, leur culture et leurs objections à la capture des pygargues. Bien que minoritaires, les 3.500 Shoshone espèrent que le statut spécial de l’oiseau emblématique jouera en leur faveur face aux 9.600 Arapaho de la réserve. Une solution pourrait néanmoins mettre tout le monde d’accord: une société privée propose aux Arapaho des plumes et des membres d’aigles morts naturellement.