Un véhicule à air comprimé, présenté jeudi à Lille, pourrait être fabriqué dans le Nord

A Lille, Gilles Durand

— 

On connaissait le fusil à air comprimé, voilà la voiture. Ce véhicule innovant est présenté jeudi à Lille, lors de la journée d’enquête collaborative organisée par un collectif de chercheurs. Son nom: l’AirPod. Et un avenir prometteur, selon son concepteur Guy Nègre. «Nous sommes dans une période de préindustrialisation», assure cet ingénieur aéronautique, devenu directeur de la société luxembourgeoise MDI, qui espère voir les premières unités de production s’installer en France d’ici à la fin de l’année. Notamment à Grande-Synthe. «Ce seront de petites unités avec 70 personne adossés à des concessionnaires», précise-t-il.

Mais Guy Nègre reste prudent dans la dernière ligne droite. «On ne voit pas toujours d’un très bon œil notre implantation», note-t-il, avouant, au passage, des ennuis avec le fisc. «Notre véhicule coûtera quatre fois moins cher qu’une voiture électrique et il faudra deux minutes pour faire le plein d’air comprimé», assure-t-il. La recherche a pu redémarrer en 2007 grâce à une licence vendue au producteur indien Tata Motors, «sans soutien des banques, ni des institutions», précise un responsable de MDI. Destiné à la ville, ce véhicule dans l’air du temps pourra atteindre les 80 km/h maximum avec une autonomie de 130 km.