La Rizière, un film sur la campagne chinoise

CINEMA Le film La Rizière, qui sort ce mercredi en salle, dépeint le quotidien d'une famille d'un village du sud de la Chine. Mais la mort de la grand-mère, qui élevait les petits-enfants, va obliger les parents à quitter les chantiers de la ville pour revenir vivre auprès d'eux...

Eudoxie Jantet

— 

L'affiche du film La rizière.
L'affiche du film La rizière. — DR

«Une fiction qui montre le contraste entre les traditions et la modernité». C’est en ces termes que la réalisatrice de La Rizière, Xiaoling Zhu, résume son film, tourné au sein du peuple Dong. Cette «minorité» vit dans les montagnes du Sud de la Chine sur un territoire d’environ 30 000 kilomètres carrés, et compte trois millions de personnes. Depuis treize siècles, les Dongs ont vécu quasiment en autarcie, au rythme des saisons, et grâce à la culture rudimentaire du riz. Ils ont développé le chant comme premier moyen d’expression, ce qui a valu à leur territoire le surnom «La mer des chansons».

Du changement chez les Dongs

Xiaoling Zhu, qui a grandi dans le Sud de la Chine, estime que les changements qui affectent aujourd’hui les campagnes chinoises sont presque partout les mêmes. «Les paysans partent à la ville pour pouvoir gagner de l’argent. Ils laissent leurs enfants grandir au village avec les grands-parents, qui se chargent de les élever et s’occupent en plus des travaux des champs», explique-t-elle dans une interview accordée à Orient Studio Productions.

Le film est donc l’occasion pour la réalisatrice de montrer au spectateur l’évolution du peuple Dong. Il y a encore une vingtaine d’années, la région,  dont les rizières en terrasses sont les plus vieilles du monde, était vue comme une partie féodale de la Chine. Les étrangers n’avaient pas le droit d’y aller. Aujourd’hui, cette région entre de plus en plus en relation avec le monde contemporain. La preuve, un film y a été tourné!

En VO Dong

Ce film a été réalisé avec des villageois. «Il ne fallait pas engager d’acteurs professionnels, car aucun n’aurait pu reproduire les gestes des paysans qui cultivent le riz depuis toujours», justifie la réalisatrice. La Rizière est donc un film, le premier film, tourné entièrement en langue Dong.

Quatre films primés au Festival Atmosphères