Mélanger agriculture bio et conventionnelle, la solution pour produire en quantité et en respectant l'environnement?

A.C. avec AFP

— 

Des chercheurs canadiens et américains suggèrent de mêler les techniques de l'agriculture conventionnelle et celles de l'agriculture biologique, pour bénéficier des avantages de chacune et avoir de bons rendements sans trop de dégâts à l'environnement. Selon leur étude, publiée dans la revue britannique Nature, les techniques de l'agriculture bio, meilleures pour l'environnement, sont aussi moins productives et donc moins rentables que l'agriculture conventionnelle.

Utiliser les différentes techniques pour produire plus de nourriture à des prix accessibles

En moyenne, les rendements de l'agriculture bio sont de 25% inférieurs à ceux de l'agriculture classique, mais dans de bonnes conditions de production ils peuvent être seulement de 13% inférieurs, selon l'étude. «Cela suggère que les systèmes d'agriculture biologique d'aujourd'hui peuvent presque rivaliser dans certains cas avec les rendements de l'agriculture conventionnelle, avec des types de produits, des conditions de croissance et des pratiques de gestion particuliers -mais souvent ce n'est pas le cas», indiquent les chercheurs. Ils estiment que «pour parvenir à une sécurité alimentaire durable, il faudrait sans doute utiliser les différentes techniques -conventionnelle, organique, voire hybride- pour produire plus de nourriture à des prix accessibles, assurer le revenu des agriculteurs et réduire les coûts environnementaux». Les pratiques varieraient en fonction des types de produits.

Les chercheurs imaginent aussi un mix des deux méthodes, qui peuvent profiter l'une de l'autre. Ainsi l'agriculture bio pourrait utiliser de l'azote chimique pour augmenter ses rendements, plutôt que d'utiliser simplement du fumier. Et l'agriculture conventionnelle pourrait s'adapter aux pratiques montrant un bénéfice pour l'environnement, comme augmenter la variété des produits que l'on cultive ou utiliser les résidus de cultures. «On peut vraiment créer un système alimentaire durable, en combinant les pratiques bio et conventionnelle afin de maximiser la production alimentaire en réduisant l'impact environnemental», a souligné Jonathan Foley, de l'université du Minnesota.