La Louisiane panse encore ses plaies, deux ans après la marée noire

ENVIRONNEMENT Le 20 avril 2010, la plateforme Deepwater explosait, provoquant une marée noire sans précédent dans le golfe du Mexique...

A.C. avec AFP

— 

Une usine en bordure de marais, en Louisiane.
Une usine en bordure de marais, en Louisiane. — Gerald Herbert/AP/SIPA

Deux ans après, les côtes de Louisiane portent encore les séquelles de la marée noire qui a suivi l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater. Des dauphins morts s'échouent toujours régulièrement sur les plages et le corail étouffe sous une couche de pétrole. Les pêcheurs et les habitants du golfe du Mexique retrouvent encore des crevettes sans yeux ou des crabes dont la carapace est criblée de trous. Des analyses scientifiques ont montré que le killi, un petit poisson à la base de la chaîne alimentaire, regorge de produits chimiques, probablement issus des dispersants utilisés pour faire disparaître la nappe de pétrole.

Des conséquences économiques et humaines

Wilma Subra, chimiste et militante qui analyse régulièrement la faune et la flore du golfe du Mexique, assure que «du pétrole se trouve toujours dans l'eau»: «Le pétrole est toujours présent dans les marais, dans les estuaires et sur les plages. Les gens continuent à y être exposés», a-t-elle déclaré à l’AFP. Selon elle, il est encore trop tôt pour connaître les impacts à long terme de la marée noire sur l'écosystème, qui pourraient se révéler sur «plusieurs générations».

Les dommages environnementaux auront aussi des répercussions économiques et humaines: si les experts assurent que les fruits de mer du golfe du Mexique peuvent être consommés sans danger, leurs prix de vente ont chuté vertigineusement et les prises de pêches sont décevantes. Malgré les compensations financières versées par le pétrolier BP, les pêcheurs, déjà durement frappés par l’ouragan Katrina en 2005, ont du mal à reprendre le cours de leur activité.