Quand les instruments de musique et le recyclage s'accordent

RECYCLAGE Une association lance une collecte de cordes de guitare pour recycler le nickel qu'elles contiennent...

Audrey Chauvet

— 

Une guitare.
Une guitare. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Musique, écologie et solidarité peuvent s’accorder. Cédric Breuze, fondateur de l’association Music Solidarity, en est convaincu. Soutenu par des musiciens comme la chanteuse Irma ou le bassiste du groupe Sinsemilia, il s’est lancé dans un projet de recyclage des cordes de guitare: «Un musicien professionnel change ses cordes à chaque concert, plutôt que de les jeter je propose de les récupérer pour en recycler le nickel», explique-t-il.

Sensibiliser les musiciens

Acier, nickel, titane, nylon… Les cordes de guitare sont pleines de matériaux réutilisables. «Le nickel peut servir à fabriquer des fourchettes, ou plein d’autres choses, mais mon objectif est de trouver un partenaire qui fabriquerait des cordes neuves à partir des vieilles», poursuit Cédric Breuze. Pour cela, il a organisé des collectes dans des dizaines de magasins en France et tentera de sensibiliser le monde de la musique en participant aux festivals d’été. Il vise aussi les «backlines», ces prestataires qui fournissent tout le matériel de sonorisation aux groupes étrangers qui viendront animer les scènes estivales. Reste à créer une vraie filière de recyclage des cordes avec des industriels capables de développer un traitement «propre» pour une quantité relativement petite de matériaux.

Mais le projet de Music Solidarity ne se limite pas aux guitares: beaucoup de matériel, dans les studios ou dans les greniers des musiciens, pourrait encore servir s’ils étaient réparés. Cédric a donc demandé à un luthier de s’associer à son idée pour réparer bénévolement des instruments qui seront donnés à des écoles de musique. «Je voulais parrainer des écoles de musique en Afrique, mais il n’y en a pas, regrette Cédric Breuze. La solidarité peut aussi commencer en France pour les personnes qui n’ont pas les moyens d’acheter un instrument.» Les deux premières guitares de l’association sont actuellement en cours de réparation. Elles partiront peut-être au Cameroun, grâce au soutien de la chanteuse Irma, à Madagascar ou en Haïti. «Ca ne prendra pas longtemps pour trouver preneur», assure Cédric Breuze.