55% des Français jugent la crise écologique aussi grave que la crise économique

SONDAGE Selon un sondage réalisé par la Fondation Nicolas Hulot, plus d'un Français sur deux estime que le prochain président de la République devrait autant se soucier d'écologie que d'économie...

Audrey Chauvet

— 

Nicolas Hulot, hier après-midi, à l'école de management Audencia.
Nicolas Hulot, hier après-midi, à l'école de management Audencia. — F. Elsner / 20 MInutes

Nicolas Hulot continue à titiller les candidats à la présidentielle sur leur discours, ou plutôt leur absence de discours, sur l’écologie. Un sondage réalisé par sa fondation (FNH), publié ce jeudi par Le Parisien, révèle que 55% des Français aimeraient que le président de la République qui sera élu le 6 mai tienne autant compte de la crise écologique que de la crise économique.

Plus de huit Français sur dix se sont déclarés préoccupés par la crise écologique et 60% d’entre eux jugent qu’une régulation de la finance et de l’économie permettrait de lutter contre la dégradation de l’environnement. Elles pensent que le système n’est «pas viable sur le long terme car il conduit à l’épuisement des ressources naturelles» et qu’il faut le réglementer à l’échelle mondiale. Ainsi, 90% des personnes interrogées sont favorables à une réforme de la fiscalité internationale qui obligerait les entreprises à déclarer dans quel pays elles paient leurs impôts.

Respect de l’environnement et emploi pas incompatibles

86% des sondés verraient d’un bon œil l’octroi de prêts à taux zéro par la Banque centrale européenne aux Etats afin de financer des investissements «durables» et 74% ne s’opposeraient pas à une taxe sur les transactions financières pour aider les pays en développement à protéger leur environnement. Enfin, trois quarts des Français pensent que respect de l’environnement et création d’emplois peuvent aller de paire.

«Ce sondage montre que les Français ont un train d’avance sur les principaux candidats en estimant que l’environnement ne doit pas être traité à part ou simplement comme une contrainte, a souligné le porte-parole de la FNH, Benoît Faraco, cité par Le Parisien. L’écologie est la seule voie possible pour sortir du carrefour de crises dans lequel nous sommes embourbés.»