Séisme en Indonésie: «Au sud de Phuket, nous avons quitté notre hôtel pour rejoindre un point plus haut»

TÉMOIGNAGES es internautes de «20 Minutes», actuellement en Asie du sud-est, nous ont contactés...

Témoignages édités par Christine Laemmel

— 

Un séisme de magnitude 8,6 sur l’échelle de Richter a frappé mercredi matin l’île de Sumatra, en Indonésie. Un tsunami menace les côtes de l’océan indien. Des internautes de 20 Minutes, actuellement sur place, nous décrivent la situation.
 
>> Vous êtes sur place? Envoyez-nous vos témoignages, photos et vidéos à reporter-mobile@20minutes.fr
 
>> Suivez l’évolution de la situation en direct

 

Gonthier: «A La Réunion, les plus inquiets sont ceux qui possèdent des embarcations dans un port»

«Je pense que d'ici quelques heures on risque d'étre touchés par quelques vagues ,mais rien d'inquiétant enfin souhaitons-le. Aucune sortie en mer n'est autorisée. Les plus inquiets sont surtout ceux qui possédent des embarcations dans les divers ports de plaisance. Le plus gros risque est surtout de ce coté.»


Le port de Sainte-Marie à La Réunion le 11 avril 2012  (Envoyée par Stéphane Bommert)

Stéphane: «A La Réunion, les propriétaires de bateaux ont commencé à évacuer leurs embarcations»

«A la suite du tremblement de terre dans la région de Sumatra, la Préfecture de la Réunion a déclenché le plan ORSEC niveau II (orange) "Tsunami'". Vers 13H30, les propriétaires de bateaux du port de Sainte-Marie (déjà touchés durement par deux tsunamis en 2004 et 2010) ont commencé à évacuer leurs embarcations. Grand élan de solidarité sur les quais, chacun aidant son voisin ou copain de ponton.»
 
Jeronimo: «A Khao Lak, les vacanciers sont partis avec simplement les affaires qu'ils avaient sur eux»

«A Khao Lak,l'ensemble de la population et les touristes présents dans les hôtels du littoral ont été évacués vers la montagne. La plupart des vacanciers étaient sur la plage en pleine après-midi et sont partis avec simplement les affaires qu'ils avaient sur eux. Nous venons de regagner l'hôtel. Nous sommes avec un groupe de touristes francais.

Il n'y a pas eu de grosse panique, les Thaïlandais sont restés calmes et ont suivis les ordres des autorités. Durant l'attente, nous avons eu eau et nouriture en quantité. Actuellement de nombreux touristes sont connectés au reseau Internet et au télephone pour rassurer leur familles car ce sont elles qui ont certainement eu plus peur que nous. Toutefois certains d'entre nous avaient prévus demain de partir en excursion sur les îles avoisinantes au large de Khao Lak, mais risquent de renoncer à cette sortie.»


A Khao Lak, les vacanciers sont invités à monter sur le toit d'un hôtel (Envoyée par Jeronimo)
 

Myriam: «A Patong, des personnes revenant de la plage hurlaient que la vague arrivait»

«Nous sommes à Patong (Phuket), nous avons ressenti un léger tremblement de terre vers 15h30 à notre hôtel que nous avons quitté précipitamment lorsque nous nous sommes aperçu de la panique des femmes de ménages. Des Français en vacances rencontrés en chemin nous ont dis qu'il y avait une alerte tsunami.

Des bouchons sur la routes ont commencé à se former, le trafic s'est fait très dense en moins de trois minutes. Nous avons pris la décision de redescendre de notre colline vers 18h30 mais nous avons aussitôt été rattrappés par des personnes revenant de la plage qui hurlaient que la vague arrivait. On est remontés vers la colline où beaucoup de touristes comme nous se sont amassés.

Nous n'avons aucune information à l'heure actuelle et nous ne savons toujours pas combien de temps nous resterons ici dans la nuit noire où l'orage menace.»
 
Benjamin: «A Kuala Lumpur, le bâtiment a tremblé 30 secondes»

«Je suis avec mon frère à Kuala Lumpur, nous étions à l'hôtel quand le tremblement de terre est arrivé.  Le bâtiment a subi une petite secousse d’environ 30 secondes sans conséquences particulières.»
 
Sylvain: «Au sud de Phuket, nous avons quitté notre hôtel pour rejoindre un point plus haut»
 
«Nous sommes au sud de l'île de Phuket, à côté de Nai Harn beach, à un endroit que l'on appelle View point et il n'y a pas trop d'affolement ici, chacun vaque à ses occupations. C'est grâce à une notification de 20 minutes que j'ai eu vent de l'alerte! Nous avons donc quitté notre hôtel pour rejoindre un point plus haut et être mieux protégés en cas de vague. Pour le moment donc, tout est paisible. Les gens comme les éléments naturels.»


La côte de Phuket (Thaïlande) (Envoyée Par Sylvain)

 
Solenne: «A Khao Lak, ils sont évacués vers l'intérieur des terres»

«Je viens d'avoir des amis qui travaillent dans un hôtel à Khao Lak au téléphone! Je n'ai parlé que 10 secondes avec eux, ils économisent leur batterie. Ils sont tous évacués vers l'intérieur des terres.»

Thomas: «A Patong, personne ne semblait inquiet il y a quelques heures»
 
«Nous sommes en ce moment à Phuket ville. Il y a maintenant deux heures de cela, nous étions sur la côte Ouest de l'île, à Patong. L'une des plages célèbres de l'île et personne ne semblaient inquiet par cette annonce. Cependant, il n'y avait pas beaucoup de monde sur la plage, du fait d'un gros orage quelques heures auparavant.»

Cédric: «Aux Maldives, chaque hôtel se prépare à une évacuation»

«Les Maldives reste en alerte. Chaque hôtel se prépare à une évacuation ou à acceullir ses clients en hauteur. Selon les dernières infos, l'intensité aurais baissé, rien de grave n'est à prévoir mais nous restons en alerte.»


Aux Maldives, les habitants et les touristes restent en alerte (Envoyée par Cédric)

Cécile: «Au Sri Lanka, tous les bateaux sont partis en mer... Impressionnant de les voir tous attendre au large»

A 16h30 (heure locale), à Tangalle, Sri Lanka: «Pour le moment, il y a encore du réseau. Les autorités ont l'air au courant et nous sommes en hauteur, à des endroits non atteints lors de la catastrophe précédente. Les lignes téléphoniques sont déjà saturées. Tous les bateaux sont partis en mer... Impressionnant de les voir tous attendre au large. Nous avons fait un minimum nos valises et pris nos passeports au cas-où. On attend. Cross fingers.»

A 18h: «Nous sommes toujours en alerte mais moindre. Nous sommes redescendus du plus haut point, mais 15 mètres au-dessus de la plage.»