Ils parcourent 365 km avec un tricycle propulsé à l'hydrogène

© 2012 AFP

— 

Un tricycle fonctionnant grâce à une pile à hydrogène a parcouru 365 kms en environ 18 heures, à Paris, de mercredi à jeudi, soit un record de distance et d'autonomie en conditions de circulation normale pour un véhicule de ce type, selon les organisateurs du défi.
Un tricycle fonctionnant grâce à une pile à hydrogène a parcouru 365 kms en environ 18 heures, à Paris, de mercredi à jeudi, soit un record de distance et d'autonomie en conditions de circulation normale pour un véhicule de ce type, selon les organisateurs du défi. — Thomas Samson afp.com

Un tricycle fonctionnant grâce à une pile à hydrogène a parcouru 365 km en environ 18 heures, à Paris, de mercredi à jeudi, soit un record de distance et d'autonomie en conditions de circulation normale pour un véhicule de ce type, selon les organisateurs du défi. «Cela prouve que la technologie de la pile à hydrogène marche», selon Gérard Thévenot, ingénieur en mécanique des fluides et énergétique, qui a travaillé sur ce projet avec l'ESSTIN, une école d'ingénieurs de Nancy.

Autonomie habituelle de 40 minutes

Ce record non homologué, faute d'huissier sur place durant toute la tentative, a été établi sur un tricycle fonctionnant normalement grâce à une batterie électrique, commercialisé par une petite société française, Nootproduction. Avec leur batterie électrique classique, l'autonomie de ces véhicules est d'environ 40 minutes.

Les deux réservoirs embarqués, de 600 g d'hydrogène chacun, correspondaient en terme de capacité à 4 litres d'essence, a précisé Gérard Thévenot.

Deux pilotes à Paris

Lors de ce record, entamé mercredi à 16h00, le tricycle a roulé à une vitesse moyenne de 15 à 35 km/h selon les moments, sur un parcours dans le centre de Paris, autour de la place de la Bourse, point de départ et d'arrivée, dans le 2e arrondissement. Deux pilotes se sont succédés, avec deux pauses d'environ une heure au total dans la nuit, jusqu'au dernier arrêt, jeudi vers 11h00.

«L'hydrogène est l'élément le plus abondant dans l'univers», a insisté Gérard Thévenot, en soulignant notamment la possibilité de produire de l'hydrogène de façon totalement propre, par photosynthèse, via certaines espèces de planctons.

Une centrale à hydrogène expérimentale de ce type existe déjà aux Etats-Unis, dans l'Arizona, a souligné Gérard Thévenot: «Pour produire ainsi l'hydrogène nécessaire à tout le parc automobile américain, il suffirait d'y consacrer 10% de la surface actuellement dédiée aux Etats-Unis pour la culture du soja», a-t-il insisté.