Jupe locale ou basket équitable?

MODE Made in France ou au bout du monde, la mode se cherche des racines...

Audrey Chauvet

— 

Dans le showroom de Veja, marque de baskets équitables, à Paris le 29 mars 2012.
Dans le showroom de Veja, marque de baskets équitables, à Paris le 29 mars 2012. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Ils ne cherchent pas à sauver le monde, mais simplement à faire de beaux produits qui respectent l’environnement et permettent à ceux qui les fabriquent, en France ou au Brésil, de vivre décemment. Et c’est déjà pas mal, dans une industrie dominée par des usines asiatiques aux conditions de travail désastreuses. «Veja est parti d’un constat: la mondialisation est un fait, il est trop tard pour s’y opposer, explique Sébastien Kopp, co-créateur de cette marque de baskets équitables. Mais on peut essayer de la changer en réinventant la chaîne économique.»

«Il n’y a plus d’usines de baskets en Europe» 

Chez Veja, le coton bio et le caoutchouc des semelles sont achetés directement à des producteurs brésiliens: «Nous avons choisi ce pays car il avait les matières premières qui nous intéressaient et aussi parce qu’en Europe, il n’y a plus d’usines de baskets, sauf de luxe.» Toute la production est donc réalisée au Brésil, pour un coût sept à huit fois supérieur à celui d’une paire fabriquée en Asie. Hors de question, néanmoins, de mettre un gros logo «équitable» ou la photo d’un gentil petit producteur sur les boites: «Je n’aime pas les propos misérabilistes, nous sommes leurs clients, nous ne considérons pas que nous les faisons travailler», précise le créateur de la marque.

Libre au consommateur de choisir sa «cause»

Même philosophie pour Laury Aragües: alors que les politiques font campagne sur le «made in France» pour lutter contre le chômage, cette jeune créatrice qui produit dans le Sud-ouest a juste le sentiment «de ne pas participer à la destruction d’emplois.» Pour sa marque Suzie Winkle, elle a choisi la fabrication 100% française «car ça a beaucoup d’avantages: il y a un vrai savoir-faire textile en France, la proximité me permet de contrôler la qualité et réduit les délais de livraison. Mais je ne suis pas une passionaria du made in France!», précise la créatrice, qui accepte des coûts de production élevés parce que  «ça correspond au positionnement haut de gamme». Comme Veja, elle doit un peu rogner sur ses marges pour vendre un produit conforme à ses convictions. Made in France ou équitable, libre à chaque consommateur, ensuite, de choisir son style et sa «cause».