Zéro carbone et zéro effort

TRANSPORTS A l'occasion de la Semaine du développement durable, «20 Minutes» a testé le vélo électrique...

Audrey Chauvet

— 

La rédaction de 20 Minutes a testé le vélo électrique, à Paris, le 29 mars 2012.
La rédaction de 20 Minutes a testé le vélo électrique, à Paris, le 29 mars 2012. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Il vous sculpte des jambes de déesse, vous permet de bronzer en allant au boulot et n’émet pas un gramme de CO2: le vélo est votre meilleur ami du printemps. Mais pas forcément celui de votre boss depuis que vous arrivez tous les matins avec trente minutes de retard, ni de vos collègues qui vous trouvent un peu en sueur… Pour éviter les désagréments et les courbatures, enfourchez un vélo électrique: 20 Minutes a testé pour vous plusieurs modèles.

Emballée par l’assistance graduelle

Pour les «petits» budgets, la boutique Freemoos, dans le 3e arrondissement de Paris, propose un vélo basique à 1090€. Une belle ligne hollandaise qui permet d’avoir le dos droit, une selle confortable et surtout beaucoup de punch. Parfois trop: «Son capteur de pédalage déclenche 100% de l’assistance électrique dès qu’on démarre», explique Frédéric Dumas, responsable du magasin. A peine besoin de pédaler, le moteur, alimenté par une batterie de 36 volts, nous pousse si énergiquement qu’il faut bien anticiper les feux rouges ou les piétons…

On se calme avec le Kalkhoff: non qu’il soit moins puissant, mais son moteur dans le pédalier donne vraiment l’impression d’être sur un vélo normal. Sauf qu’on ne sue pas dans les côtes: «L’assistance est proportionnelle à l’effort», précise Frédéric Dumas. 23 kilos, 100 kms d’autonomie pour 4h de recharge, on est emballé. Le banquier un peu moins: 1999 euros pour cette petite reine électrique.

La classe sur votre fidèle destrier

Pour ceux qui veulent se la jouer baroudeur, les VTT électriques font fureur en ville: «Les hommes aiment bien, pour faire des accélérations au démarrage.» On enfourche donc le modèle de KTM, en se félicitant de ne pas avoir mis une jupe, et on y va. Ou pas. L’assistance électrique ne se met en marche que si on peine un peu: à plat en ville, on pédale dans la semoule.

Une fois votre monture choisie, n’oubliez pas d’acheter un antivol de compétition et d’adopter des habitudes qui évitent de se faire repérer: Frédéric Dumas recommande de varier l’endroit où vous le garez. De toute façon, avec le succès que vous allez avoir sur votre fidèle destrier, pas de risque que vous dormiez deux soirs de suite au même endroit...