Des veaux victimes d'une ligne à haute tension?

JUSTICE Un éleveur normand porte plainte contre RTE...

Audrey Chauvet

— 

Des vaches broutent près des pylones supportant des lignes à haute tension.
Des vaches broutent près des pylones supportant des lignes à haute tension. — MARCEL MOCHET/AFP

Il ne fait pas bon brouter sous les lignes à haute tension. Gilles Hébert, éleveur de vaches dans le Calvados, a porté plainte contre RTE, le réseau de transport d’électricité, à la suite de la mort de plusieurs veaux et à une recrudescence de maladies dans son troupeau, rapporte l’AFP. Gilles Hébert affronte ce mercredi RTE devant le juge de l’expropriation du tribunal de Caen. Il demande 350.000 euros à l’entreprise.

Mammites à répétition

«Ça fait plus de 20 ans que ça dure. Un tiers de mes veaux meurt en moyenne tous les ans alors que normalement on en perd 5%. RTE maintient qu'elle n'est pas responsable», déplore l’éleveur, dont la ferme se trouve à 150 mètres d’une ligne très haute tension reliée à la centrale nucléaire de Flamanville. Un vétérinaire a attesté une «persistance de pathologies» sur son exploitation «malgré l’ensemble des traitements mis en place». Par exemple, les vaches de Gilles Hébert sont victimes de mammites, des infections des mamelles: «J'ai une centaine de mammites par an pour un troupeau de 60 à 65 vaches. Quand elles sont sous traitement, mon lait est impropre à la consommation. Je jette 30.000 à 40.000 litres par an», affirme-t-il, chiffrant son manque à gagner de 15.000 à 17.000 euros par an.

L’éleveur pense que les courants électriques provenant d’un pylône sont transmis dans sa salle de traite par les cours d’eau qui circulent sous son exploitation. «A l'étable j'ai du courant même quand le compteur est sur zéro», raconte-t-il, inquiet également des effets potentiels sur sa santé. Plusieurs études ont établi un lien statistique entre leucémie infantile et proximité d'une ligne à très haute tension, mais aucune n'a pu prouver de lien de cause à effet. En mai 2011, la Cour de cassation avait donné à raison à RTE dans un dossier similaire, en raison de cette absence de lien de causalité.