Fukushima: Quel souvenir gardez-vous de la catastrophe?

TÉMOIGNAGES éisme, tsunami, fuites nucléaires, nuage radioactif, les drames et les images fortes se sont enchaînées pendant plusieurs semaines...

Christine Laemmel

— 

La comparaison est triste. Mais nous sommes sûrement nombreux à nous remémorer, à l’image du 11 septembre 2011, ce que nous faisions au moment où le tsunami a dévasté les côtes japonaises. Au bureau, devant notre ordinateur, ou le soir à la télévision, nous avons tous suivi jour après jour, les terribles rebondissements qui secouaient le Japon.

>> Quel souvenir gardez-vous de la catastrophe japonaise? Le pire séisme de l’histoire? Les terribles images du tsunami? Le risque nucléaire? Quelle image gardez-vous en mémoire? Racontez-nous votre 11 mars 2011 dans les commentaires ou à reporter-mobile@20minutes.fr

Retour sur les événements de mars 2011:


Vendredi 11 mars, 6h45. D’abord un séisme. D’une magnitude de 8,8 sur l’échelle de Richter. Presque ordinaire dans les buildings chewing-gum du Japon. La ville se tord mais les citadins restent calmes, bien qu’effrayés, chose inhabituelle, casques sur la tête. Les sismologues le qualifieront en fait de séisme le plus important depuis 140 ans.



7h30. La côte nord-est est touchée par une vague de quatre mètres. Puis une seconde de dix mètres. Un rouleau compresseur d’eau, de débris, parfois en feu, de voitures, de bateaux même, balaye Sendai d’abord puis tout le nord-est du pays.


Tsunami waves strike Japan par CNN_International

Toute la matinée et une partie de l’après-midi, des répliques secouent Tokyo et les alentours. Pendant ce temps, le tsunami poursuit sa route dans tout l’océan pacifique, faisant craindre le pire à la Californie, l’Indonésie ou la Nouvelle-Calédonie.

>> Revivez la journée du 11 mars 2011 en live

Samedi 12 mars, 7h30. Une explosion survient dans la centrale de Fukushima. Le réacteur n°1 s’effondre partiellement. Une zone d’évacuation de 20km autour de la centrale est mise en place.  Des fuites radioactives sont repérées. En Europe, tout le monde craint un nouveau Tchernobyl.

>> Revivez la journée du 12 mars 2011 en live

>> Revivez la journée du 13 mars 2011

Suivront plusieurs semaines d’angoisse. Jalonnées de nouvelles explosions, d’interventions quasi suicidaires d’ouvriers japonais. Les risques d’irradiation sont confirmés. Des pastilles d’iode sont distribuées à la population. Même en France, les plus inquiets investissent les pharmacies.

Mercredi 23 mars
. Le nuage radioactif traverse la France.

Bilan: 210.000 personnes évacuées, 350.000 disparus, 20.000 morts, deux millions de personnes (vivant dans la préfecture de Fukushima) potentiellement irradiées.