52% des Français ne sont «pas confiants» dans l'avenir de la planète

SONDAGE Les personnes les plus engagées dans la protection de l'environnement ont plus confiance en l'avenir que les autres...

Audrey Chauvet

— 

Des militants de Greenpeace lors du sommet de Cancun sur le climat, le 10 décembre 2010.
Des militants de Greenpeace lors du sommet de Cancun sur le climat, le 10 décembre 2010. — Israel Leal/AP/SIPA

Plus d’un Français sur deux n’a pas confiance dans l’avenir de la planète et 40% sont préoccupés par la dégradation de l’environnement. Selon un sondage réalisé par l’institut BVA publié ce mercredi, les Français sont inquiets de la dégradation de l’environnement mais ont pris conscience de leur capacité d’action: 77% des personnes interrogées pensent que c’est «d’abord en modifiant de façon importante nos modes de vie» qu’on empêchera la détérioration de la planète.

Manque de confiance vis-à-vis de l’Etat

Si 51% des répondants pensent que c’est l’Etat qui doit se mobiliser en priorité pour les «défis du développement durable», ils ne lui font pas confiance pour «faire avancer les choses»: ils estiment ainsi à 48% que c’est à l’Etat de se mobiliser en premier lieu pour «limiter les consommations d’énergie et développer les énergies renouvelables», mais seulement 18% des personnes interrogées lui font confiance. A l’inverse, 19% des personnes interrogées considèrent que c’est à chacun de nous d’agir et font confiance aux associations. 85% des Français déclarent déjà agir personnellement et concrètement pour le développement durable. Ce sont d’ailleurs les citoyens les plus «engagés» qui sont les plus confiants pour l’avenir de la planète, conclut BVA.

Quant aux entreprises, 46% des personnes interrogées jugent «qu’elles font des efforts importants», et les secteurs apparaissant comme ayant le plus fourni d’efforts sont ceux qui sont directement liés à l’environnement: énergie, eau, déchets, automobile et transports.

Ce sondage, réalisé en décembre 2011 et janvier 2012, sur un échantillon de 1.000 personnes, est destiné aux entreprises et aux pouvoirs publics pour «mieux connaître la perception de la population» et savoir quels arguments mettre en avant dans leur communication sur le développement durable.