L'Europe veut donner du sens à l'appellation «vin bio»

CONSOMMATION De la vigne à la cave, l'Union européenne a adopté de nouvelles normes pour pouvoir apposer le label bio sur les bouteilles...

Audrey Chauvet

— 

Bouteilles de vin au salon Saveurs de fêtes à Paris en novembre 2008. 
 
Bouteilles de vin au salon Saveurs de fêtes à Paris en novembre 2008.   — SIMON ISABELLE/SIPA

Entre un vin bio et un vin non bio, quelle est la différence? Ca dépend de ce qu’on entend par «bio»: il peut s’agir seulement de la culture des vignes faite selon les principes biologiques, de la vinification faite sans ajout de sulfites ou de levures, ou des deux… Pour aider les consommateurs, l’Union européenne a adopté le 8 février une nouvelle réglementation, qui s’appliquera à partir de la récolte 2012.

>> Lire notre reportage en Languedoc et dans le Beaujolais

La vinification devra être «bio» 

Actuellement, seule la mention «vin obtenu à partir de raisins issus de l'agriculture biologique» est autorisée. Désormais, pour pouvoir afficher le label «biologique», les vins devront respecter non seulement les critères applicables à l’agriculture bio pour les raisins, mais également des critères concernant la vinification: ajout d’acide sorbique pour la conservation et désulfuration seront interdits. Le niveau de sulfites devra être inférieur de 30 à 50mg par litre par rapport à son équivalent traditionnel, afin de prendre en compte les spécificités de chaque vin (les vins liquoreux nécessitant plus de sulfites que les vins secs). Une teneur maximale est toutefois imposée: 100mg de sulfites par litre pour le vin rouge (150 mg/l pour le vin traditionnel) et 150 mg/l pour le vin blanc et rosé (200 mg/l pour le vin traditionnel).

L’objectif de cette nouvelle réglementation, au-delà de l’harmonisation des pratiques européennes, est de «renforcer la position des vins biologiques de l'UE au niveau international, étant donné que de nombreux autres pays producteurs de vin (États-Unis, Chili, Australie, Afrique du Sud) ont déjà mis en place des normes applicables aux vins biologiques», rappelle la Commission européenne.