La vague de froid, une fluctuation qui ne remet pas en cause le réchauffement du climat

CLIMAT Il a beau faire très froid en France ces derniers jours, l'hiver 2012 ne contredit pas le réchauffement global de la planète...

Audrey Chauvet

— 

Le froid qui touche la France (ici à Bordeaux) devrait persister cette semaine.
Le froid qui touche la France (ici à Bordeaux) devrait persister cette semaine. — J.-P. VINCENT / 20 MINUTES

Près de 20°C à Nîmes le 31 décembre 2011, -6°C le 6 février au matin: le thermomètre français connaît des chutes vertigineuses cette année. Alors que l’hiver s’annonçait comme l’un des plus doux depuis des décennies, confirmant ainsi la tendance au réchauffement des températures, la vague de froid pourrait renverser les statistiques.

Mais pour les climatologues, il est encore beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions de ces quelques jours de grand froid. «Nous avons du mal à prévoir la durée du coup de froid actuel, il faut attendre la fin de l’hiver pour en tirer des conclusions», explique Hervé Le Treut, climatologue à l’Institut Pierre Simon Laplace, qui estime qu’il n’y a rien d’anormal à atteindre de tels frimas. «Les situations sont assez contrastées en hiver car quand le vent vient du nord, il est très froid, alors que quand il vient du sud, le temps est plus chaud. L’hiver est naturellement une période de contrastes assez forts.»

«L’impact du changement climatique ne se voit qu’à long-terme»

Ce qui se passe sur le pas de notre porte n’est donc pas révélateur des tendances à long-terme, et il faut bien distinguer climat et météo. «L’impact du changement climatique ne se voit qu’à long-terme, rappelle Hervé Le Treut. Le système climatique est relativement complexe, en moyenne on aura un réchauffement mais localement les températures varient avec les mouvements de l’air».

Selon une étude allemande parue dans ScienceDaily le 1er février, la fonte des glaces arctiques pourrait favoriser des hivers très froids en Europe centrale à cause d’un changement de pression atmosphérique. Un phénomène probable, mais qui doit être relativisé selon Hervé Le Treut: «Ce qui se produit est très complexe, c’est toujours le résultat de la superposition de fluctuations naturelles et de variations liées au réchauffement.» Une chose est sûre: les premiers symptômes du réchauffement climatique, s’ils ne se voient pas encore dans nos régions, sont déjà bien visibles aux pôles.