Inquiétude des ONG environnementales sur les dates de la chasse

© 2012 AFP

— 

Plusieurs ONG de défense de l'environnement ont demandé vendredi à Nicolas Sarkozy, dans une "lettre ouverte", de "faire respecter les engagements" pris par le passé, craignant un assouplissement des dates de chasse après de récentes déclarations du président de la République.
Plusieurs ONG de défense de l'environnement ont demandé vendredi à Nicolas Sarkozy, dans une "lettre ouverte", de "faire respecter les engagements" pris par le passé, craignant un assouplissement des dates de chasse après de récentes déclarations du président de la République. — Jean-Sebastien Evrard afp.com

Plusieurs ONG de défense de l'environnement ont demandé vendredi à Nicolas Sarkozy, dans une «lettre ouverte», de «faire respecter les engagements» pris par le passé, craignant un assouplissement des dates de chasse après de récentes déclarations du président de la République.

«Une partie du monde de la chasse joue actuellement la surenchère en période préélectorale. Nous vous appelons à prendre le recul nécessaire pour faire respecter les engagements pris sous votre autorité», écrivent les responsables de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), de France Nature Environnement (FNE), de la Ligue ROC et de la Fondation pour la Nature et l'Homme (FNH).

Le «petit bonheur» défendu par Sarkozy

«Il semble que vous vous apprêtez à céder aux demandes les plus extrêmes des chasseurs pour modifier les dates de chasse et revenir unilatéralement sur des décisions» antérieures, s'alarment-ils dans cette «lettre ouverte». «Nous ne pouvons croire que vous allez ainsi renier ce que vous aviez mis en place, renier également vos engagements de 2007, lorsque vous indiquiez que vous ne prendriez que des décisions reposant sur les données scientifiques», ajoutent les signataires.

Lors de ses voeux au monde rural, le 17 janvier, Nicolas Sarkozy avait critiqué des règles environnementales trop «tatillonnes» et certaines limitations imposées par la justice à la chasse. «Il y a des décisions récentes qui ont été prises par le Conseil d'Etat qui sont vécues par une partie de nos compatriotes comme vraiment un souci non pas de résoudre un problème, mais de les empêcher de profiter de ce qu'on pourrait appeler un petit bonheur», avait-il déploré au sujet de la chasse.

Dans une décision rendue le 23 décembre, le Conseil d'Etat avait enjoint le ministère de l'Ecologie de fixer une nouvelle date de clôture, qui ne soit «pas postérieure au 31 janvier», pour la chasse à certaines oies, qui était jusqu'ici fixée au 10 février. Ce jugement avait été salué par les associations de défense de l'environnement et des oiseaux, mais avait provoqué la colère des chasseurs.