OGM: Monsanto ne vendra pas de maïs transgénique en France en 2012

© 2012 AFP

— 

Le groupe américain Monsanto a réaffirmé mardi qu'il ne vendrait pas de maïs transgénique en 2012 en France, au lendemain d'une action menée par des militants anti-OGM contre un de ses sites et l'engagement du gouvernement d'interdire la mise en culture de ce maïs.
Le groupe américain Monsanto a réaffirmé mardi qu'il ne vendrait pas de maïs transgénique en 2012 en France, au lendemain d'une action menée par des militants anti-OGM contre un de ses sites et l'engagement du gouvernement d'interdire la mise en culture de ce maïs. — Eric Cabanis afp.com

Le groupe américain Monsanto a réaffirmé mardi qu'il ne vendrait pas de maïs transgénique en 2012 en France, au lendemain d'une action menée par des militants anti-OGM contre un de ses sites et l'engagement du gouvernement d'interdire la mise en culture de ce maïs. «Monsanto considère que les conditions favorables à la commercialisation de MON810 en France en 2012 et au-delà ne sont pas réunies», a affirmé le groupe dans un communiqué, dont c'est la première réaction depuis l'occupation de son site de Trèbes, dans l'Aude, pendant quelques heures. «Cette position a été exprimée à plusieurs reprises et confirmée auprès des autorités françaises», a ajouté Monsanto.

Des militants ont pénétré sur un site de Monsanto lundi

Le groupe américain «déplore la pénétration par effraction et les dommages occasionnés» par des manifestants sur son site de Trèbes, près de Carcassonne, d'autant que cette «action violente» fait suite à d’autres opérations du même type contre le siège et des sites de recherche et de production de Monsanto en France. Tout en réaffirmant qu'il n'avait «ni vendu ni expérimenté de semences de maïs MON810 en France depuis 2008», le géant américain a admis que certains de ses sites dans l'Hexagone pouvaient stocker et conditionner des «semences OGM et conventionnelles» à destination de l'exportation. «Cette activité contribue à la création d’emplois et de valeurs pour une filière des semences françaises qui est globalement exportatrice», a affirmé le groupe.

Une centaine de militants anti-OGM ont mené lundi une action contre un site près de Carcassonne sur lequel étaient stockées des semences de maïs transgénique. Ils exigeaient un «arrêté d'interdiction de cession, de circulation, et de mise en culture» de la semence OGM. Les militants s'étaient félicités d'avoir montré que du maïs OGM conditionné dans des sacs dans un entrepôt du groupe d'agrochimie était prêt à être distribué en France. Cette action a poussé la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet à annoncer l'interdiction de leur mise en culture avant fin février par le biais d'une nouvelle clause de sauvegarde. Le moratoire sur les cultures OGM, lancé par la France en février 2008, a été récemment invalidé par la Cour européenne de justice de Luxembourg et le Conseil d'Etat.