Intrusions de Greenpeace dans des centrales: Après Troyes, deuxième procès à Privas

© 2012 AFP

— 

Après le procès de neuf militants de Greenpeace la semaine dernière à Troyes, deux de leurs camarades ont à leur tour été convoqués devant la justice, mardi à Privas, pour s'être, eux aussi, introduits dans une centrale nucléaire, celle de Cruas, en Ardèche.
Après le procès de neuf militants de Greenpeace la semaine dernière à Troyes, deux de leurs camarades ont à leur tour été convoqués devant la justice, mardi à Privas, pour s'être, eux aussi, introduits dans une centrale nucléaire, celle de Cruas, en Ardèche. — Philippe Desmazes afp.com

Après le procès de neuf militants de Greenpeace la semaine dernière à Troyes, deux de leurs camarades ont à leur tour été convoqués devant la justice, mardi à Privas, pour s'être, eux aussi, introduits dans une centrale nucléaire, celle de Cruas, en Ardèche.

Environ 200 sympathisants, de Greenpeace mais aussi de Sortir du nucléaire, ont manifesté devant le palais de justice de Privas, certains brandissant des pancartes disant «merci» aux deux prévenus. Un homme sandwich affichant comme message «actif aujourd'hui, radioactif demain» a confié être «venu soutenir ces personnes courageuses, qui ont mis en évidence une défaillance, on devrait les remercier».

Julien André et Vincent Roquelore sont poursuivis pour «dégradations graves», accusés d'avoir découpé le grillage de la centrale pour y pénétrer, dans le cadre d'une vaste opération de Greenpeace en décembre 2011 visant à montrer les failles dans la sécurité des centrales. S'y ajoutent comme circonstances aggravantes des dégradations produites «en réunion» et sur des «biens d'utilité publique».