Les poissons souffrent de la hausse du pouvoir d'achat des Asiatiques

PECHE Ils achètent de plus en plus de poissons, menacés de surpêche...

© 2012 AFP

— 

La hausse du pouvoir d'achat en Asie fait peser une menace sur les stocks de certains poissons de mer rares et chers, prisés des riches consommateurs, ont estimé jeudi des experts réunis à Manille pour une conférence de l'ONU sur les océans.
La hausse du pouvoir d'achat en Asie fait peser une menace sur les stocks de certains poissons de mer rares et chers, prisés des riches consommateurs, ont estimé jeudi des experts réunis à Manille pour une conférence de l'ONU sur les océans. — Henning Kaiser afp.com

La hausse du pouvoir d'achat en Asie fait peser une menace sur les stocks de certains poissons de mer rares et chers, prisés des riches consommateurs, ont estimé jeudi des experts réunis à Manille pour une conférence de l'ONU sur les océans. «L'augmentation de la prospérité, surtout en Asie», a accru la demande pour des poissons plus chers comme certains types de mérou et de thon, a déclaré Jackie Alder, coordonnatrice de la division des écosystèmes marins et côtiers (MECB) au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). «Ils ne se satisfont plus d'anchois», a-t-elle dit au cours d'une conférence de presse.

Les mérous étourdis au cyanure

Jackie Alder a rappelé que la production mondiale de poisson s'était stabilisée à 80 millions de tonnes dans les années 1980 et que ce chiffre ne devait pas beaucoup augmenter, selon les prédictions des scientifiques, ce que le rattrapage des pays émergents semble devoir désormais démentir. «Il ne fait aucun doute que les changement de mode de vie et les habitudes alimentaires (en Asie) ont un effet sur les ressources», a souligné Jerker Tamelander, responsable des récifs coralliens au PNUE. Il a cité un type de mérou dont la demande est si forte en Asie que les pêcheurs utilisent du cyanure pour l'étourdir et le capturer vivant, une pratique dévastatrice pour les autres poissons et les coraux environnants. Et les mérous résistent souvent mal au voyage. «Il y a une forte mortalité, d'importants coûts de transport, mais les bénéfices sont aussi élevés», a observé Jerker Tamelander.