Costa Concordia: lancement des opérations préliminaires au pompage du carburant

© 2012 AFP

— 

Onze jours après le naufrage du Costa Concordia, les opérations préliminaires au pompage du carburant qui menace l'environnement de la petite île italienne du Giglio ont débuté, sans interrompre toutefois les recherches désespérées de disparus.
Onze jours après le naufrage du Costa Concordia, les opérations préliminaires au pompage du carburant qui menace l'environnement de la petite île italienne du Giglio ont débuté, sans interrompre toutefois les recherches désespérées de disparus. — Filippo Monteforte afp.com

Onze jours après le naufrage du Costa Concordia, les opérations préliminaires au pompage du carburant qui menace l'environnement de la petite île italienne du Giglio ont débuté, sans interrompre toutefois les recherches désespérées de disparus.

L'équipe technique de la société néerlandais Smit Salvage en charge de ce pompage doit examiner toutes les possibilités pour pomper de la manière la plus sûre les quelque 2.400 tonnes de carburant contenues dans les 23 réservoirs du paquebot.

"Les opérations préliminaires débutent maintenant. Cela signifie que les plongeurs de la société chargée du pompage feront leurs propres opérations sous-marines qui demanderont probablement deux jours", a expliqué l'ingénieur Claudio Chiavacci qui appartient au corps des pompiers.

"Nous estimons que le pompage au sens strict du terme pourrait commencer dans quelques jours. Le carburant sur le Concordia sera d'abord réchauffé puis transféré sur un autre navire", a-t-il ajouté.

"Le plan de pompage prévoit toute une série de mesures de sécurité, dont des systèmes de récupération de petites fuites qui pourraient se produire lors des opérations" près de cette petite île appartenant à l'archipel toscan, un grand parc naturel marin, a ajouté l'ingénieur.

Lundi après-midi, une tâche d'huile d'environ 200 m sur 300 m a été aperçue non loin du navire et les spécialistes de l'environnement pensent qu'après avoir coulé sur le fond lors du naufrage, elle serait remontée à la surface portée par des courants.

Mardi les opérations autour de cette tâche, composée d'huiles alimentaires, de lubrifiants et de détergents, ont débuté avec un navire spécial du ministère de l'Environnement qui a lancé des bouées absorbantes.

Parallèlement aux préparatifs pour le pompage, les opérations de recherche des corps des victimes se poursuivent et les plongeurs militaires ont ouvert un nouveau trou dans la coque du bateau.

"Les scaphandriers ont ouvert un nouveau passage sur le pont numéro 3, à une profondeur d'environ 20 mètres", a indiqué un porte-parole de la marine militaire Alessandro Busonero.

Cette ouverture permettra aux plongeurs des pompiers de poursuivre leurs recherches, alors que 17 personnes sont encore portées disparues. Jusqu'à présent, 15 corps ont été retrouvés.

Le procureur général de la région a estimé mardi que la justice ne devait pas se limiter au seul capitaine Francesco Schettino --sur lequel pèsent des charges écrasantes--, mais aussi se pencher sur les éventuelles responsabilités de Costa Crociere, propriétaire du Concordia, dans le naufrage du luxueux paquebot de croisière le 13 janvier.

"L'employeur est responsable, c'est lui qui fournit la garantie. Nous devons nous pencher sur les choix faits par l'opérateur", a déclaré, selon la presse italienne, le procureur Beniamino Deidda, qui n'est toutefois pas en charge de l'enquête.

"Jusqu'à présent, l'attention a été portée sur les fautes du capitaine, qui s'est révélé tragiquement incompétent. Mais qui choisit le capitaine?", avance M. Deidda.

Il relève aussi de nombreux problèmes lors de l'évacuation des passagers.

"Il y a la question fondamentale des mesures de sécurité: les chaloupes que personne ne parvenait à faire descendre, les membres d'équipage qui ne savaient pas quoi faire, la faible préparation sur les mesures d'urgence, des ordres contradictoires comme celui, absurde, de retourner dans les cabines", énumère-t-il.

M. Schettino et son second, Ciro Ambrosio, sont pour l'instant les deux seules personnes poursuivies dans cette affaire. Ils sont accusés d'homicides multiples, naufrage et abandon de navire, mais n'ont pas été formellement inculpés. Le commandant du navire est assigné à domicile.