Les hôtels Shangri-La bannissent les ailerons de requins

© 2012 AFP

— 

Les hôtels Shangri-La, basés à Hong Kong, vont bannir de leurs restaurants les ailerons de requin, mets particulièrement prisé en Asie mais cible de vives critiques des défenseurs de l'environnement qui ont déjà rallié plusieurs enseignes à leur cause dans la région.
Les hôtels Shangri-La, basés à Hong Kong, vont bannir de leurs restaurants les ailerons de requin, mets particulièrement prisé en Asie mais cible de vives critiques des défenseurs de l'environnement qui ont déjà rallié plusieurs enseignes à leur cause dans la région. — Aaron Tam afp.com

Les hôtels Shangri-La, basés à Hong Kong, vont bannir de leurs restaurants les ailerons de requin, mets particulièrement prisé en Asie mais cible de vives critiques des défenseurs de l'environnement qui ont déjà rallié plusieurs enseignes à leur cause dans la région. La chaîne hotelière de luxe a indiqué qu'elle cessait de servir les plats contenant des ailerons de requins, dans les restaurants de ses 72 hôtels, dans le cadre de sa «politique d'alimentation durable à partir des produits de la mer». La mesure entre en vigueur dès maintenant.

Bientôt plus de thon rouge

Toujours à Hong Kong, le groupe d'hôtels de luxe Peninsula a arrêté depuis le 1er janvier de servir de la soupe aux ailerons de requin, un plat qui figure pourtant parmi les incontournables de tout repas gastronomique chinois. A Singapour, NTUC FairPrice, la plus grande chaîne de supermarchés de la cité-Etat, a annoncé début janvier le retrait définitif de ses rayons des produits à base d'ailerons, à partir de fin mars. La chaîne Shangri-La a indiqué qu'elle allait aussi supprimer de ses menus, d'ici la fin de l'année, le thon rouge et la légine australe, deux espèces qui souffrent de la surpêche. «Cette décision est une continuation du voyage de Shangri-La vers le soutien de l'environnement», a déclaré le groupe dans un communiqué.

Hong Kong est le premier centre de négoce des ailerons de requin au monde, devant Singapour, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF). Quelque 73 millions de requins sont tués chaque année et le territoire de Hong Kong importe 10.000 tonnes d'ailerons et de chair de requins chaque année, depuis dix ans, indique le WWF. «C'est bien évidemment un développement très positif. Ces hôtels contribuent à la préservation des requins, ils incitent tout le secteur de la restauration à Hong Kong à changer», a déclaré à l'AFP Silvy Pun, responsable au WWF Hong Kong. «Leur action reflète aussi un changement sur le marché, avec une baisse de la demande pour les ailerons de requins», a-t-elle ajouté. Selon WWF, plus de 180 espèces de requins étaient menacées en 2010, contre 15 en 1996. Les requins sont en outre un maillon capital de la chaîne alimentaire marine, soulignent ses défenseurs.