Nucléaire: Les réacteurs japonais pourront fonctionner jusqu'à soixante ans, et non quarante ans

© 2012 AFP

— 

Le Japon prévoit d'inscrire dans la loi que les réacteurs nucléaires pourront être exploités durant 60 ans, sous réserve d'obtention d'une autorisation spéciale au-delà de 40 ans, limite initialement envisagée.
Le Japon prévoit d'inscrire dans la loi que les réacteurs nucléaires pourront être exploités durant 60 ans, sous réserve d'obtention d'une autorisation spéciale au-delà de 40 ans, limite initialement envisagée. — Samuel Kubani afp.com

Le Japon prévoit d'inscrire dans la loi que les réacteurs nucléaires pourront être exploités durant soixante ans, sous réserve d'obtention d'une autorisation spéciale au-delà de quarante ans, limite initialement envisagée. «Les extensions seront exceptionnellement approuvées lorsque la sécurité est assurée», a expliqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Osamu Fujimura. Goshi Hosono, le ministre de l'Environnement également chargé du traitement de l'accident de Fukushima, avait déclaré plus tôt ce mois que le gouvernement voulait fixer une durée maximum légale de quarante ans, alors qu'aucune limite d'exploitation n'est aujourd'hui précisée dans la loi. «Il n'y a pas de changement à la limite de base de quarante ans, mais des exceptions», a insisté Osamu Fujimura.

Un risque «inacceptable» pour les écologistes

La proposition d'accorder une extension d'usage de vingt ans en sus des quarante ans prévus, une hypothèse évoquée mardi par la presse, a immédiatement suscité des critiques des opposants à l'énergie nucléaire, remontés depuis l'accident de la centrale de Fukushima provoqué par le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars. «C'est incroyable», s'est énervé Junichi Sato, directeur de l'association écologiste Greenpeace Japon. Et d'ajouter: «le risque est inacceptable pour le peuple du Japon, surtout quand il souffre déjà des effets continus de la crise de Fukushima».

Le gouvernement nippon envisage de suivre l'exemple des Etats-Unis, où l'exploitation des réacteurs nucléaires peut être prolongée de vingt années au-delà d'une limite de quarante ans, sous réserve d'approbation par les autorités fédérales. «Nous nous inscrivons dans une ligne mondiale», a justifié un responsable du gouvernement, lequel étudie actuellement une révision des règles de sécurité nucléaire censées permettre d'éviter une redite de la catastrophe de Fukushima, le pire désastre atomique depuis celui de Tchernobyl en 1986. Sur le parc de 54 réacteurs nucléaires japonais, trois ont plus de quarante ans et seize plus de trente ans.