Une raie manta.
Une raie manta. — LE COEDIC/SIPA

ANIMAUX

La soupe de raie Manta pourrait causer l'extinction de l'espèce

Les branchies des poissons sont utilisées pour faire une soupe aux vertus soi-disant thérapeutiques...

Après les rhinocéros et les tigres, ce sont maintenant les raies qui sont victimes des croyances sur les vertus médicinales de leurs organes. Un rapport, publié la semaine dernière par les associations Shark Savers et WildAid, est pessimiste sur l’avenir de ces grands poissons: leurs branchies sont très prisées sur les marchés chinois pour faire des soupes censées guérir de multiples maux, de la varicelle au cancer.

Les branchies séchées de raies Manta et Mobula atteignent des prix allant jusqu’à 400 euros le kilo. Elles sont ensuite cuites avec d’autres extraits de poissons: «J’appelle ça la soupe d’espèces menacées», déplore Shawn Heinrichs, un des auteurs du rapport. Alors qu’aucun bienfait de cette soupe n’a été démontré par les médecins, la pêche des raies s’intensifie, allant jusqu’à mettre en péril la survie de l’espèce: une raie ne donne naissance qu’à une dizaine de petits dans sa vie et le renouvellement de l’espèce n’est aujourd’hui plus assuré.