Un convoi de déchets nucléaires a quitté la Manche pour la Belgique

© 2012 AFP

— 

Un train transportant des déchets métalliques radioactifs à destination de la Belgique a quitté Valognes (Manche) dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé le groupe nucléaire français Areva dans un communiqué.
Un train transportant des déchets métalliques radioactifs à destination de la Belgique a quitté Valognes (Manche) dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé le groupe nucléaire français Areva dans un communiqué. — Luc Claessen afp.com

Un train transportant des déchets métalliques radioactifs à destination de la Belgique a quitté Valognes (Manche) dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé le groupe nucléaire français Areva dans un communiqué. Il s'agit de deux wagons transportant 25 tonnes au total de matières métalliques de moyenne activité, issues du retraitement par Areva à Beaumont-Hague (Manche) de combustibles usés envoyés par la Belgique.

Ces matières étaient les contenants des combustibles irradiés en centrales. Elles ont été compactées afin de diviser leur volume par 5, selon Areva. Le groupe nucléaire organise ainsi le 4e convoi de déchets métalliques compactés belges, sur un total de neuf qui doivent s'échelonner jusqu'en 2013. Le premier s'était déroulé en juin 2010. Le train est parti à 1H35 mercredi, alors que le Réseau sortir du nucléaire s'attendait à un départ à 6H50, et prévoyait un arrêt à Mouscron (Belgique) à 20h07 et à Mol à 23h30. Les matières sont destinées au site d'entreposage de Dessel.

De violents affrontements avaient marqué le dernier convoi

Des combustibles irradiés sortant des centrales, Areva tire 4% de déchets ultimes, vitrifiés, et 96% de matières (plutonium, uranium) avec lesquels elle fabrique de nouveaux combustibles. Mais selon les antinucléaires, ces combustibles «recyclés» sont en pratique peu utilisés. Areva a l'obligation légale de renvoyer dans leur pays d'origine tous les déchets vitrifiés hautement radioactifs ainsi que ces déchets métalliques, moins radioactifs, issus du retraitement des combustibles étrangers.

Le contrat de retraitement entre la France et la Belgique (671 tonnes de combustibles), dont sont issus ces déchets métalliques, a pris fin en 2001. Tous les déchets vitrifiés belges ont été renvoyés. En novembre, le dernier convoi de déchets nucléaires à destination de l'Allemagne, hautement radioactif lui, avait donné lieu à de violents affrontements entre les forces de l'ordre et des militants qui voulaient le bloquer. Selon Areva, les wagons de transport utilisés satisfont aux normes strictes de sûreté de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA).