Pollution à Pékin: des chiffres plus précis sur la qualité de l'air seront publiés prochainement

Reuters

— 

Les autorités municipales de Pékin doivent prochainement publier les résultats de tests sur la qualité de l'air découlant de nouvelles normes plus strictes sur la pollution, rapportent vendredi les médias chinois. L'opinion publique de la capitale chinoise reproche aux autorités locales de sous-estimer l'ampleur du nuage de pollution qui recouvre fréquemment la ville. Nombre d'internautes affirment que les chiffres publiés par la municipalité sont sous-évalués et disent ne faire confiance qu'aux données publiées par l'ambassade américaine sur son site.

Les particules PM 2,5 s’installent dans les poumons

Les normes désormais suivies par Pékin mesurent la concentration dans l'air des particules d'un diamètre inférieur ou égal à 2,5 micromètres. Selon les médecins, ces particules, dénommées PM 2,5, s'installent plus facilement dans les poumons et sont plus susceptibles de provoquer des problèmes respiratoires. La municipalité de Pékin s'abstenait jusqu'à présent de publier les taux de PM 2,5 dans l'air.

Cité par le Quotidien de Pékin, le directeur du Bureau de protection environnementale de la municipalité, Liu Xianshu, a annoncé que ses services publieraient les données relatives aux PM 2,5 à partir du Nouvel An chinois, qui tombe cette année le 23 janvier. Le ministre chinois de l'Environnement, Zhou Shengxian, avait déclaré le mois dernier que ces données ne seraient pas publiées à l'échelle nationale avant 2016. La Chine ne publie pour le moment que les taux de concentration des particules d'un diamètre supérieur ou égal à 10 micromètres.