Les travaux du zoo de Vincennes n'ont pas troublé le silence des girafes

ANIMAUX Les seize pensionnaires du zoo parisien sont les seuls animaux à être restés sur place pendant la rénovation...

Audrey Chauvet

— 

Les girafes du zoo de Vincennes sont restées dans leur enclos pendant les travaux de rénovation, le 7 décembre 2011.
Les girafes du zoo de Vincennes sont restées dans leur enclos pendant les travaux de rénovation, le 7 décembre 2011. — A.Chauvet / 20 Minutes

Elles se déplacent avec élégance, dans le silence, et s’approchent gentiment des curieux qui pointent leur objectif vers elles. Les girafes du parc zoologique de Vincennes -dix femelles, un mâle et cinq jeunes âgés d’un an et demi- n’ont pas été dérangées par les travaux de rénovation du parc zoologique, qui s’achèveront au printemps 2014. Seuls animaux à ne pas avoir été déplacés pendant les travaux, elles vivent bien cette période de transition, chouchoutées par leurs soigneurs.

Les girafes n’auraient pas supporté d’être séparées

Toutes nées à Vincennes, sauf le mâle reproducteur Benny, dont les ardeurs sont maîtrisées par les soigneurs, les girafes n’ont pas été déplacées car cela aurait été «trop stressant», explique Fabrice Bernard, responsable animalier. «Aucune structure ne pouvait les  accueillir toutes ensemble, nous aurions été obligés de casser le groupe. Or, la girafe est un animal grégaire et elles auraient mal supporté d’être séparées, précise Fabrice Bernard. De surcroît, le transport des vieux individus est très compliqué.»

Alors, tandis que les autres animaux étaient dispersés partout dans le monde pour laisser la place aux engins de chantier, les girafes sont restées là, ensemble, à Vincennes. La cohabitation se passe bien entre les silencieuses girafes, qui ne communiquent entre elles que par infrasons, et les équipes de Bouygues qui s’activent dans le parc: «Elles se sont habituées au bruit, et nous nous calons avec les ouvriers pour qu’ils arrêtent de travailler quand nous les sortons», assure le chef des soigneurs.

Un nouvel enclos beaucoup plus grand fin 2012

Leurs journées sont rythmées par les trois repas quotidiens, à base de «barbotine», une bouillie de céréales à laquelle sont ajoutées des bananes, des pommes, des oignons et de la luzerne. Elles passent la nuit à l’intérieur et sortent le jour pour prendre l’air, sauf quand l’hiver parisien est trop froid pour ces animaux d’Afrique: «Nous ne les faisons pas sortir en dessous de 9°C», précise Fabrice Bernard.

Leur nouvel enclos, qui sera le premier achevé en décembre 2012, leur permettra de déployer leurs longues pattes sur de plus grands espaces: la partie intérieure sera deux fois plus grande et la partie extérieure trois fois plus grande qu’aujourd’hui. De quoi rendre encore plus heureuses les girafes de Vincennes, dont les cinq femelles gestantes qui donneront naissance à des petits l’année prochaine.