Fukushima: Nouvelle fuite d'eau radioactive à la centrale

© 2011 AFP

— 

Une nouvelle fuite de liquide radioactif se déversant en partie dans l'océan Pacifique a été détectée à la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé lundi l'opérateur du site Tokyo Electric Power (Tepco).
Une nouvelle fuite de liquide radioactif se déversant en partie dans l'océan Pacifique a été détectée à la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé lundi l'opérateur du site Tokyo Electric Power (Tepco). — Tepco afp.com

Une nouvelle fuite de liquide radioactif se déversant en partie dans l'océan Pacifique a été détectée à la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé ce lundi l'opérateur du site Tokyo Electric Power (Tepco). Des techniciens ont été dépéchés sur les lieux pour trouver la cause de cet écoulement qui s'est produit à proximité d'un système de décontamination des eaux usées, a précisé Tepco. Une nappe de 45 tonnes d'eau polluée a été découverte autour d'un condensateur, et une barrière de sacs de sable a été dressée à la hâte pour empêcher l'eau de s'échapper.

La majeure partie du liquide contaminé est restée à l'intérieur du bâtiment abritant le système de décontamination, mais quelque 300 litres auraient coulé vers un caniveau débouchant dans l'océan, a indiqué un responsable de Tepco. L'eau contenait des substances radioactives comme le césium 137 et l'iode 131, mais à des niveaux «similaires ou légèrement supérieurs» à ceux détectés dans l'eau de mer près du site nucléaire, a-t-il ajouté.

D'autres substances dangereuses, comme le strontium radioactif qui peut provoquer des cancers des os, seraient également présentes dans l'eau contaminée, mais il faudra deux à trois semaines avant d'en avoir confirmation, selon Tepco. «Nous allons continuer notre enquête sur le problème survenu» au système de décontamination, a indiqué le porte-parole. Tepco a précisé que cette fuite n'allait pas l'empêcher de parvenir d'ici à la fin du mois à un «arrêt à froid» des réacteurs, c'est-à-dire au maintien stable du combustible nucléaire sous la barre des 100 degrés Celsius.