Climat: la Suisse mise sur un «nouveau départ» à Durban

© 2011 AFP

— 

La Suisse a prédit mercredi "un nouveau départ" au cours des prochaines discussions de la conférence de Durban sur le climat fin novembre et début décembre, après les échecs de Copenhague (2009) et de Cancun (2010)
La Suisse a prédit mercredi "un nouveau départ" au cours des prochaines discussions de la conférence de Durban sur le climat fin novembre et début décembre, après les échecs de Copenhague (2009) et de Cancun (2010) — Ronaldo Schemidt afp.com

La Suisse a prédit mercredi «un nouveau départ» au cours des prochaines discussions de la conférence de Durban sur le climat fin novembre et début décembre, après les échecs de Copenhague (2009) et de Cancun (2010). La communauté internationale «prend un nouveau départ à Durban pour engager les mesures nécessaires en vue de limiter le réchauffement climatique à deux degrés au maximum», assure ainsi le ministère suisse de l'Environnement dans un communiqué. Berne souligne également son engagement «pour un accord global sur le climat à partir de 2020».

La prolongation du protocole de Kyoto au cœur des négociations

Mais rien n'est joué. Le principal enjeu des négociations à Durban sera la prolongation du protocole de Kyoto, seul instrument légal qui contraint actuellement les pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du changement climatique. Cette contrainte prend fin en 2012 et l'Afrique du Sud est en première ligne pour réclamer aux pays industrialisés une deuxième période d'engagement. Cet engagement est surtout réclamé aux Etats-Unis et à la Chine, les deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre, pour le moment rétifs à l'idée de souscrire à des obligations.

L'Union européenne s'est pour sa part engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% par rapport à leur niveau de 1990 pour 2020. Pour sa part, la Suisse indique qu'elle interviendra à Durban pour «que les engagements de réduction formulés spontanément ces dernières années par de nombreux pays (...) continuent d'être concrétisés et pour qu'un système pratique soit créé en vue de contrôler la réalisation de ces engagements». A Durban, les Etats discuteront également du soutien financier apporté à la réalisation des mesures climatiques dans les pays en développement. En ce sens, «la concrétisation du Fonds vert pour le climat, créé l'an dernier à Cancun, doit être poursuivie», estime la Suisse, qui se porte «candidate» pour que ce Fonds s'établisse à Genève.