La combustion du bois de forêt pour produire de l'énergie est en fait plus polluante et dangereuse pour l'environnement que l'utilisation de l'essence ou du charbon, affirme mercredi Greenpeace Canada dans un rapport basé sur de nombreux travaux de recherche.
La combustion du bois de forêt pour produire de l'énergie est en fait plus polluante et dangereuse pour l'environnement que l'utilisation de l'essence ou du charbon, affirme mercredi Greenpeace Canada dans un rapport basé sur de nombreux travaux de recherche. — Eric Estrade afp.com

Planète

Greenpeace affirme que la biomasse forestière pollue plus que le charbon

La combustion du bois de forêt pour produire de l'énergie est en fait plus polluante et dangereuse pour l'environnement que l'utilisation de l'essence ou du charbon, affirme mercredi Greenpeace Canada dans un rapport basé sur de nombreux travaux de recherche. Plusieurs provinces canadiennes ont ouvert les forêts publiques à l'extraction à grande échelle de matière végétale (arbres, arbuste, souches, racines et feuillages) pour produire de l'énergie à partir de leur combustion dans des centrales électriques. L'association écologiste qualifie cette politique de «biomascarade» et fait remarquer qu'il n'y a eu aucun débat public sur la question ni mise en place de règles environnementales adéquates.

40 mégatonnes de CO2 par an

Contrairement à ce que prétendent les autorités et les compagnies intéressées, Greenpeace affirme que la combustion ces arbres n'est pas «carboneutre», autrement dit qu'elle ne présente pas de bilan neutre des émissions de dioxyde de carbone et plus généralement de gaz à effet de serre. En fait, les centrales électriques nord-américaines fonctionnant à la biomasse «émettent jusqu’à 150% de plus de CO2, 400% de plus de monoxyde de carbone irritant pour les poumons, et 200% de plus de particules fines qui causent l’asthme», affirme Nicolas Mainville, responsable de la campagne «Forêt» de Greenpeace dans son rapport.

Par ailleurs, les émissions de CO2 provenant de la bioénergie forestière ne sont pas comptabilisées parce que les autorités les considèrent à tort comme carboneutres. En réalité, toujours selon Greenpeace Canada, il s'agit d'environ 40 mégatonnes par an, ce qui dépasse celles du parc automobile canadien en 2009. Le rapport dénonce aussi la croissance des exportations de granules de bois vers l'Europe - 1,2 million de tonne en 2010 - qui a augmenté de 700% en moins de huit ans. Greenpeace demande un moratoire sur les nouveaux projets bioénergétiques et la révision des projets existants, l'interdiction de la récolte d'arbres entiers et l'abandon du principe de «carboneutralité» concernant la biomasse, qui ne serait qu'un trompe-l'oeil.