Les catastrophes naturelles pourraient se multiplier, selon le Giec

CLIMAT L'organisation internationale sur le climat met en garde contre des «événements climatiques extrêmes» favorisés par le changement climatique...

A.C.
— 
La sixième avenue, près du Radio City Music Hall, lors du passage de la tempête tropical Irene, à New York, le dimanche 28 août  2011.
La sixième avenue, près du Radio City Music Hall, lors du passage de la tempête tropical Irene, à New York, le dimanche 28 août 2011. — Mike Groll/AP Photo

Les scientifiques du Groupement intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec) ne sont pas optimistes pour l’avenir. Dans un rapport qui sera publié dans quelques semaines et dont l’agence Associated Press a eu connaissance, les climatologues alertent sur la possibilité de voir des événements climatiques extrêmes, comme des ouragans ou des pluies diluviennes, se multiplier avec le changement climatique.

Tempêtes et moussons deviendront plus violentes

Les événements inhabituels, comme les tempêtes de neige qui se sont abattues sur le nord des Etats-Unis la semaine dernière, pourraient devenir monnaie courante. Les ouragans et les pluies de mousson pourraient également devenir plus violents et difficilement prévisibles. Les inondations actuelles en Thaïlande seraient un premier signe de ce dérèglement climatique. Mais à l’opposé, les sécheresses seraient aussi plus fréquentes dans d’autres régions du monde. Selon ce rapport, certaines zones, non précisées par les auteurs, pourraient devenir difficilement habitables.

Les auteurs du rapport ont refusé de le commenter avant relecture et validation par le panel de scientifiques. Toutefois, ils sont certains que le monde connaîtra des pics de chaleur pouvant atteindre 5°C supplémentaires à la moitié du 21ème siècle et 9°C en 2100.